Onirik
To taste temptation - Avis +
Onirik -> Littérature -> Version anglaise -> Dernière mise à jour : le samedi 3 janvier 2009.
Editeur : Warner Forever

roman d’Elizabeth Hoyt

Résumé de l’éditeur

The ton loves nothing more than a good scandal, and they’re giddy with the appearance of wealthy Samuel Hartley. Not only is he self-made, American, and in the habit of wearing moccasins, but he is also notorious for fleeing a battle in which several English gentlemen lost their lives. What the ton doesn’t know, though, is that Samuel is in London because of this massacre. He believes his regiment was given up to the enemy and won’t rest until he finds the traitor.

Lady Emeline Gordon is captivated with Samuel. Not only does he defy convention with his unusual dress, his sensual smile, and his forthright manner, but he survived the battle that killed her beloved brother. Samuel suspects that the person responsible for her brother’s death is Jasper Renshaw, Viscount Vale, a family friend since childhood—and Emeline’s fiancé. Despite Emeline’s belief in Vale’s innocence and her refusal to break off her betrothal, she and Samuel begin a passionate affair. But can their relationship survive the fallout from Samuel’s investigation ?

Avis de Callixta

Elizabeth Hoyt a déjà signé une trilogie brillante et commence avec To taste temptation une série de quatre romans autour d’un conte, La légende des quatre soldats. Elle peut sans aucun doute être considérée comme un grand auteur maintenant, ce dernier livre offrant encore un exemple, sans contestation possible, de son talent.

La légende va ouvrir chaque chapitre, comme toujours avec Elizabeth Hoyt ; elle écrit, pour ses livres, un conte qui se calque sur la romance et qui l’éclaire de façon subtile et poétique. Quatre soldats se trouvent à la croisée des chemins et celui de ce livre va choisir le sien à travers une forêt épaisse. C’est de là que vient, justement, le héros, Samuel Hartley, un Anglais qui vit aux États-Unis, colonie britannique à l’époque (nous sommes en 1764). Il arrive en Angleterre, accompagné de sa jeune sœur, officiellement pour ses affaires. Il a quitté l’armée six ans auparavant après une bataille terrible qui a coûté la vie à la plupart de ses camarades, puis s’est lancé dans l’import-export en héritant de la petite entreprise de son oncle qu’il a fait fructifier depuis. Il prend rapidement contact avec sa voisine, Lady Emeline Gordon, une jeune veuve de trente ans, qui arrondit ses fins de mois en chaperonnant des jeunes filles et justement , Rebecca la sœur de Samuel, a sérieusement besoin d’être conseillée pour entrer dans la haute société londonienne fort éloignée de celle de Boston.

Le roman va délibérément commencer sur ces bases ordinaires. De la même façon, les deux héros vont se rencontrer et se présenter à nous et l’un à l’autre sous des aspects anodins. Emeline est froide, composée, autoritaire, très en charge de sa vie. Elle mène sa petite maisonnée composée de son fils et de sa tante de façon efficace et prend en charge la jeune Rebecca avec détermination. Samuel Hartley est plus exotique. C’est un Américain qui a été élevé dans les forêts de la côte Est. Il n’a pu abandonner ni ses mocassins, ni ses leggings à l’indienne dans les salons de Londres ! Mais il semble simple et sans plus de relief que cela.

Elizabeth excelle à l’écriture et parmi ses nombreux talents, elle sait débuter un roman relativement lentement et peu à peu nous faire plonger dans les abîmes de passion que recèlent chacun des héros et leur histoire. Emeline et Samuel vont peu à peu se révéler, bien plus troublés et bien moins simples qu’il n’y paraît. Ils sont fragilisés tous deux par un passé douloureux : la perte de ses siens pour Emeline et un traumatisme dû à la guerre pour Samuel. Il est d’ailleurs particulièrement habile de la part d’Elizabeth Hoyt d’utiliser le fameux syndrome de stress post-traumatique diagnostiqué de nos jours mais dont tous les soldats ont dû souffrir quelle que soit l’époque. De plus, la guerre mal connue qui oppose Français et Anglais pour les terres d’Amérique est aussi une bonne idée. Dans les contrées lointaines du Canada, les soldats connaissaient les pires horreurs sans que leurs contemporains ne le sachent vraiment. [1] La rencontre de Samuel et Emeline va les obliger à faire face à leurs démons et leurs différences (Samuel est un roturier qui travaille et Emeline une pure lady). Ils vont également nouer une relation profondément romantique et sensuelle.

Actuellement, Elizabeth Hoyt est la meilleure auteur de romance historique lorsqu’il s’agit des scènes sexys. Ces passages sont débordants de sensualité et d’érotisme. Elle sait faire preuve d’imagination, de crudité dans le langage et dans les situations. Cela donne des scènes rarement écrites de cette façon qui vous absorbent autant que les deux héros ! Ces passages ne sont jamais gratuits et nourrissent une relation qui devient de plus en plus passionnée et amoureuse jusqu’à la réunion finale que l’on attend avec le souffle court, parfois.

Ajoutons qu’Elizabeth Hoyt ne néglige rien : les personnages secondaires sont parfaitement évoqués, vivants et aussi intéressants les uns que les autres. Dans ce roman, c’est la jeune sœur de Samuel qui nous touche. Rebecca est jeune, perdue dans ce pays qu’elle ne connaît pas et bien seule. Elle émeut par sa maladresse et ses côtés encore enfantins qui voisinent avec des aspects bien plus adultes. Elle noue une sorte d’idylle avec un valet de chambre qui est délicieuse et émouvante. N’oublions pas la tante d’Emeline, un peu fofolle mais très crédible, ni le fiancé d’Emeline, et l’amie de la jeune femme. Tous deux sont appelés à se retrouver dans un roman à venir.

L’intrigue amoureuse se complique et prend une intensité supplémentaire sur fond d’enquête policière : comment les hommes du régiment de notre héros ont-ils pu se faire surprendre dans une embuscade tendue par les Indiens Wyandots ?

Ce livre est une totale réussite et on le referme en se demandant combien de temps il faudra attendre avant de découvrir les aventures de Jasper, le fiancé délaissé et de la transparente Melisende.

Fiche Technique

Format : poche
Pages : 384
Editeur : Warner Forever
Collection : Legend of the Four Soldiers
Sortie : 5 juin 2008
Langue : anglais
Prix : 5,01 €

[1] Elizabeth Hoyt s’inspire ici d’une guerre mal connue appelée guerre franco-indienne ou guerre de conquête qui coïncide avec la Guerre de sept ans en Europe. Les Anglais et les Français étaient alors dans deux camps opposés. Les terres d’Amérique du Nord sont devenues une nouveau champ de bataille avec un arrière plan de conquête territoriale. Les évènements évoqués dans le roman prennent place en 1758, au Québec, à proximité du Lac de Champlain. Cette guerre a duré de 1756 à 1760 soit trois ans de moins que celle de Sept ans en Europe et a changé le cours de l’histoire du Canada puisque Montréal est tombée entre les mains des Anglais en 1759.


A lire aussi sur Onirik

Parce que je vous aime - Avis +
Ma sorcière adorée - Avis +
Le duc de minuit - Avis +
Le lord des ténèbres - Avis +
Puritaine et catin - Avis +
Puritaine et catin - Avis +
Liaison inconvenante - Avis +
L’homme de l’ombre - Avis +
Désirs enfouis - Avis +
Troubles plaisirs - Avis +
Troubles intentions - Avis +
Le Reclus - Avis +
Le revenant - Avis +
Wicked intentions - Avis +
Séduire un séducteur - Avis +
Les vertiges de la passion - Avis +
The ice princess - Avis +
To desire a devil - Avis +
Le dernier duel - Avis +
Hot - Avis +
Hot
Liaison inconvenante - Avis +
To seduce a sinner - Avis +
The raven Prince - Avis +
Interview d’Elizabeth Hoyt - VF
Interview d’Elizabeth Hoyt - VO
The leopard prince - Avis +
The serpent prince - Avis +
L'auteur Callixta
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2021 : Gagnez 1 ex Embrasse l’hiver et danse avec lui


La gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr