Onirik
Les cavaliers - Avis +
Onirik -> Cinéma -> Critiques -> Dernière mise à jour : le samedi 1er septembre 2007.

Parmi les nombreuses sorties cinéma de cette semaine (on sent que c’est la rentrée), ma préférence va à la reprise d’un western peu connu du maître en la matière, John Ford, qui retrouve, en cette année 1959, son acteur fétiche du début, John Wayne, ainsi que le grand William Holden. Ce film, Les cavaliers (à ne pas confondre avec Les deux cavaliers, réalisé par le même John Ford deux ans plus tard), se passe pendant la guerre de sécession.

film américain de John Ford (1959)

Résumé

En 1863, un détachement nordiste dirigé par le colonel Marlowe (John Wayne) est chargé de détruire une voie de chemin de fer en plein territoire sudiste. Marlowe supporte les critiques du chirurgien (William Holden) et doit prendre en otage une belle sudiste (Constance Tower). Contrairement à ce qu’avait espéré Marlowe, l’affrontement sera sanglant.

Avis de Luc

Splendide ! En découvrant Les cavaliers, j’avais l’impression de revivre Autant en emporte le vent de Victor Flemming (pour moi le plus beau film de tous les temps) qui se passe à la même époque. La guerre de sécession est montrée de façon sanglante et absurde, la plus belle image du film étant l’armée de jeunes enfants officiers emmenée par un vieux révérend ! Le summum de l’absurdité, scène tellement étonnante qu’elle est à la limite du surréalisme.

L’affrontement William Holden / John Wayne est aussi un grand moment et m’a rappelé Le massacre de fort apache réalisé par John Ford onze ans plus tôt, avec l’affrontement entre John Wayne (officier pacifiste) et Henry Fonda (Officier belliqueux). Dans Les cavaliers, John Wayne incarne un officier borné, mais qui veut éviter l’affrontement sanglant. William Holden est chirurgien, et trouve les choix du militaire délirants. L’affrontement est bref et intense. Ce qui est intéressant, c’est que John Ford a su éviter tout manichéisme. Il n’y a ni méchant, ni gentil, la psychologie des personnages est fine, ce qui n’est pas fréquent dans les westerns.

Quant au personnage féminin, toujours hélas effacé dans les westerns, il est interprété par la belle Constance Towers qui incarne une Sudiste qui n’a que mépris pour ces officiers nordistes, mais qui aide à soigner les blessés. Elle finira par attendrir la carcasse du colonel.

Beaucoup de cinéastes, quand ils décrivent la guerre de sécession, prennent partie pour les sudistes, raffinés, contre les Yankees, grossiers. Ce film n’échappe pas à la règle, grâce au personnage de Constance Towers.

Tout est beau dans ce film, à redécouvrir en salles (à Paris, à l’Action Christine, dans le Quartier Latin).

Fiche technique

Scénario : John Lee Mahin, Martin Rackin d’après le roman de Harold Sinclair

Genre : Western

Durée : 119 minutes

Sortie : 29 août 2007

Avec John Wayne, William Holden, Constance Towers, Judson Pratt, Ken Curtis

L'auteur Luc
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2021 : Gagnez 1 ex Embrasse l’hiver et danse avec lui


La gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr