Creation of the Gods 1 – Avis +

film chinois de Wuershan (2024)

Présentation officielle

Creation of the Gods est l’adaptation d’une des plus grandes légendes chinoises. Le Prince Yin Shou tente de monter sur le trône du royaume des Shang dans le sang avec l’aide de sa maîtresse Su Daji elle-même sous l’emprise du Démon Renard. Le sage taoïste Jiang Ziya descendu du Mont sacré Kunlun et Ji Fa, jeune guerrier élevé par Yin Shou, s’allient pour combattre le tyran.

Avis de Hiro

Dès les premières images de ce premier volet de la trilogie chinoise Creation of the Gods, on se retrouve plongé dans une Chine antique démesurée. Des montagnes enneigées, des forteresses et palais, des armées aux milliers d’hommes, des bruitages qui nous font ressentir les émotions jusqu’au plus profond de nos entrailles. On sent la lourdeur des armures sur les épaules des fils otages composant l’armée du prince Yin Shou. Ce dernier a été envoyé par son père, le roi régnant sur la Dynastie des Shang, pour soumettre le traître Su.

Depuis des décennies, les Shang apportent la prospérité au Royaume de la Terre, et pour parvenir à cet équilibre, les familles vassales envoient un fils par génération auprès de leur seigneur. Entrainé à devenir un grand guerrier, chaque fils est un pion à sacrifier si la famille d’origine ne respecte pas ses engagements et en cas de manquement du guerrier, c’est toute sa famille qui est en péril.

Lors de la quête pour faire de Su un exemple à ne pas suivre, le prince Yin Shou va voir d’autres chemins s’ouvrir à lui, mettant ainsi en péril son peuple et attirant sur celui-ci une malédiction. Yin Jia, l’unique fils de Yin Shou, et Ji Fa, son meilleur ami, vont ainsi être tiraillés entre leur loyauté envers la couronne et les manipulations autour de celle-ci.

Les Immortels du Mont Kunlun décident également d’intervenir et demandent au vieux Jiang Ziya, dépourvu de ses pouvoirs, d’apporter aux hommes une aide, mais cette dernière ne devra pas tomber entre de mauvaises mains.

Creation of the Gods est un film d’action avec peu de surprises et qui déroule un scénario assez prévisible. Il s’agit d’une histoire ancienne tirée du roman L’Investiture des dieux qui a fait l’objet de multiples adaptations. Néanmoins, c’est un réel délice de découvrir sur grand écran ce blockbuster dantesque. On sent un travail pharamineux derrière la réalisation du film et bon nombre d’éléments sont bluffants (on tournera de l’oeil uniquement pour le Mont Kunlun qui peut faire tiquer tant le contraste est important.).

Les acteurs sont également de qualité, même si on relève un petit manque de femmes dans le récit. Que ce soient les plus jeunes, mais surtout les plus âgés, chacun arrive à tirer son épingle du jeu, notamment Li Xuejian, incarnant Ji Chang, qui offre la droiture d’un homme qu’on ne peut que respecter.

Le film n’est pas exempt de défaut, mais son côté divertissant et surtout épique, hors du temps et de l’espace, dans une contrée d’heroic-fantasy chinoise, nous fait assez rapidement mettre de côté les éléments sur lesquels on peut chipoter. Il faut également profiter du fait qu’il ne sortira que deux petits jours dans les salles obscures françaises, à savoir le 10 et le 11 février 2024 à l’occasion du Nouvel An chinois.

Peut-être que son succès permettrait de voir la projection de la suite de cette épopée qui ne fait que commencer !


Fiche technique

Sortie : 10 et 11 février 2024
Durée : 248 minutes
Genre : aventure, fantastique
Avec Fei Xiang (Yin Shou), Naran (Su Daji), Chen Muchi (Yin Jia), Yu Shi (Ji Fa), Li Xuejian (Ji Chang), Huang Bo (Jiang Ziya)…