Onirik
Les beaux jours d’Aranjuez - Avis +/-
Onirik -> Cinéma -> Critiques -> Dernière mise à jour : le samedi 7 janvier 2017.
film franco-allemand de Wim Wenders (2016)

Présentation officielle

Un beau jour d’été. Un jardin. Une terrasse. Une femme et un homme sous les arbres, avec un vent d’été doux. Au loin, dans la vaste plaine, la silhouette de Paris.

Un dialogue commence, des questions et des réponses entre la femme et l’homme. Il s’agit d’expériences sexuelles, d’enfance, de souvenirs, de l’essence de l’été et de ce qui différencie les hommes et les femmes, la perspective féminine et la perception masculine.

Derrière, dans la maison qui donne sur la terrasse, sur la femme et l’homme : l’écrivain, en train d’imaginer ce dialogue et de le taper à la machine. Ou est-ce l’inverse ? Seraient-ce les deux personnages, là dehors, qui lui racontent ce qu’il couche sur le papier : un ultime et long dialogue entre un homme et une femme ?

Avis de Vivi

Les beaux jours d’Aranjuez est l’adaptation par Wim Wenders de la pièce éponyme de son ami Peter Handke, avec qui il recollabore 29 ans après Les ailes du désir. Retrouvailles aussi avec le producteur Paulo Branco, 22 ans après Lisbonne story. Un film entre amis, en quelque sorte... Un climat de confiance sans doute nécessaire pour se lancer dans cette aventure cinématographique qui ne manque pas d’audace.

En effet, filmer sur la terrasse d’une maison ayant appartenu à Sarah Bernhardt (tiens tiens !) à Haravilliers, dans le Vexin, un homme (Reda Kateb) et une femme (Sophie Semin) en train de dialoguer en français sur le désir et la mémoire, pendant 1h37, est un vrai défi ! Comment Wenders procède-t-il pour tenter de le relever ?

Il recourt à la 3D qui, d’entrée de jeu, embarque le spectateur dans un Paris de rêve sur la musique lancinante de Lou Reed qui nous promet une journée parfaite (A perfect day). Frissons, ouverture magnifique ! C’est plus loin, dans une propriété située en pleine nature que la caméra se promène pour nous faire vivre cette journée estivale. A l’intérieur, un juke-box vintage, un bureau : un écrivain s’apprête à taper sur son clavier et nous voici transportés vers la terrasse où ses personnages prennent vie, assis à une table, un chien à leurs pieds, et entament une conversation.

L’homme questionne sur la première fois, la femme répond volontiers en plongeant dans ses souvenirs et ce principe s’appliquera tout le long du film, "sans tes questions, je suis aveugle et muette", lui dira-t-elle. Elle raconte le sexe, lui, les couleurs et les senteurs des jardins d’Aranjuez, la résidence des rois d’Espagne, tous deux prennent le temps de parler sans être troublés par le bruissement des feuilles ou le chant des oiseaux.

Filmer la parole, c’est faire des champs contrechamps, basique... cela peut être aussi tourner lentement autour des acteurs avec un travelling circulaire. La caméra bouge souvent avec la même douceur que celle qui relie l’homme à la femme. Quelques gestes peuvent accompagner les mots : jouer avec une pomme, la croquer, poser sa tête sur la table, se lever tout à coup, s’emparer d’une cigarette et la fumer.

Un jardinier, joué par Peter Handke lui-même, fait un instant son apparition avec une échelle et le chien circule pour animer le plan. La parole s’arrête quand l’écrivain metteur en scène doit retrouver de l’inspiration et des allers retours de l’extérieur à l’intérieur de la maison permettent de beaux raccords drôles : les moments où le cri ou les paroles de l’auteur se superposent à ceux du personnage. La musique qui s’échappe à plusieurs reprises du juke-box redonne de l’élan au créateur et l’apparition de Nick Cave chantant au piano est un moment d’une grande intensité...

Ce film aurait été impossible sans l’utilisation de la 3D qui apporte une présence extrême aux personnages et à la nature, réussissant à créer une proximité entre les personnages et le spectateur. Les acteurs, impeccables, s’abandonnent et livrent leur texte avec douceur et naturel. Quant à la musique, quatrième personnage du film, si elle inspire l’écrivain, elle a aussi la vertu de nous tenir éveillés, de réveiller ceux que ce flot de paroles échangées risque d’avoir endormis ou de remobiliser des spectateurs peu aptes à fournir l’effort d’attention exigé par ce film un peu trop long...

Fiche technique

Sortie : le 9 novembre 2016
Durée : 97 minutes
Avec : Reda Kateb, Sophie Semin, Jens Harzer, Nick Cave
Genre : drame


A lire aussi sur Onirik

Les Beaux Jours d’Aranjuez
Arte - L’ami américain
Don’t come knocking - Avis +
Photos du tournage par Wim Wenders d’un spot TV avec Ronaldo et Zidane
L'auteur Vivi
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2021 : Gagnez 1 ex Embrasse l’hiver et danse avec lui


La gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr