Onirik
Chirac - Avis +
Onirik -> Télévision -> A la Télé -> Dernière mise à jour : le dimanche 12 novembre 2006.

France 2 a fait preuve de courage en diffusant Chirac, documentaire en deux parties de Patrick Rotman. Etait diffusé le lundi 23 octobre 2006 à 20h50 : Le jeune loup (1932-1981) et ensuite la seconde partie pouvait se regarder le mardi 24 octobre : Le vieux lion (1981-2006).

C’est la première fois que la télévision française diffuse en prime-time le portrait d’un président en exercice, ce que la télévision anglaise fait couramment. C’est une initiative à saluer, d’autant que le documentaire donne une vision assez cruelle du président en exercice. Quand on sait que le président de France-Télévision est un ami personnel des Chirac (surtout de Bernadette, pour qui il a écrit une biographie), on ne peut que saluer cette initiative !

documentaire de Patrick Rotman en deux parties (2006)

Avis et analyse de Luc

La première partie du documentaire décrit la naissance du future président en 1932 (dans un milieu de gauche, voire d’extrême-gauche) et continue jusqu’en 1981, date où il a fait élire François Mitterrand à la place de Giscard d’Estaing.

Il avait pourtant soutenu celui-ci en 1974 contre le candidat gaulliste officiel en 1974, Jacques Chaban Delmas. En 1974, pour le remercier de l’avoir soutenu, Giscard d’Estaing nomme Chirac premier ministre, espérant ainsi voir le parti gaulliste de l’époque, l’UDR, se rallier à lui. Mais Giscard, qui n’avait jamais été premier ministre, connaissait mal cette fonction et a exercé un pouvoir monarchique. Chirac s’est ainsi senti délaissé. Le coup de grâce est venu deux ans plus tard, en 1976 où Giscard d’Estaing l’a invité dans une fête où le couple « royal » Giscard-Anémone était au premier rang, dans dans un fauteuil, le couple Chirac-Bernadette étant au rang suivant, sur une simple chaise. Chirac s’est senti humilié et a claqué la porte du gouvernement. C’est la première fois qu’un premier ministre démissionne lui-même, bruyamment. Chirac décide alors de créer un nouveau parti gaulliste, le Rassemblement pour la république, dédié à sa personne, pour faire taire les barons du gaullisme (Olivier Guichard, Yves Guéna et compagnie) et reconquérir le pouvoir en devenant (après avoir fait élire Mitterrand) chef incontesté de l’opposition. Mitterrand lui renverra l’ascenseur plus tard.

Dans le second volet, Le vieux lion, on assiste à un autre retournement de situation, à d’autres amours trahies. La première vient de Balladur. C’est Chirac qui l’a propulsé pour être premier ministre dans la première cohabitation avec François Mitterrand en 1988, lui-même ne désirant pas accepter de nouveau cette fonction. Ses proches (Charles Pasqua, Philippe Séguin) l’ont mis en garde : "Si tu mets Balladur premier ministre, c’est sûr qu’il va se présenter aux prochaines présidentielles". Chirac, ayant confiance en son "ami de 30 ans", ne le croyait pas. Et pourtant, Balladur prend de plus en plus de distance avec Chirac. Il ne lui communique même pas la liste de son futur gouvernement ! Quand, deux ans plus tard, il annonce (de façon logique) son intention de se présenter aux élections présidentielles, c’est la coup de poignard pour Chirac. Il s’est senti trahi, blessé. Là, il est apparu dans le film terriblement humain, et a dévoilé une certaine naïveté, touchante, qu’on ne lui connaissait pas.

Chirac, comme tous les grands fauves blessés, s’est rendu ensuite intraitable. Après la campagne présidentielle de 1995 où il est sorti des ses gongs et a réalisé une campagne époustouflante (celle de Balladur étant catastrophique), il reprend le pouvoir, et sa vengeance sera terrible. Il chasse tous les balladuriens de son nouveau gouvernement (même son ami très cher, Pasqua), et il développe depuis cette date une haine farouche contre tous ceux qui l’ont "trahi". Celui qui représente le plus cette haine, c’est Nicolas Sarkozy. Chirac dira de lui en 1995 : "Il faut l’écraser, et si possible du pied gauche, ça porte bonheur" !

Que va-t’il faire en 2007 ? Le film de Patrick Rotman n’en dira rien, mais il est très clair, à la vue du film de Patrick Rotman, que Chirac fera tout pour faire battre Sarkozy. Invitera-t’il implicitement à voter pour la gauche (comme en 1981) ou le centre (comme en 1974) ? Soutiendra-t’il une candidature chiraquienne (Michelle Alliot-Marie, Dominique de Villepin) ? Se représentera-t’il (comme la constitution le lui autorise) ?

Mystère. Finalement, au terme de ces deux excellents téléfilms, Chirac restera un grand mystère, une personnalité riche et beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, à la fois attachante (il aime la vie, les camarades, les arts premiers) et terrifiante (il est impitoyable avec ceux qui l’ont trahi).

C’est une véritable lutte de pouvoir, d’amours contrariées et de trahisons successives que nous montre avec panache le documentaire de Patrick Rotman. C’est un peu Les rois maudits à la fin du XXe siècle. Vraiment génial.

Bravo à Patrick Rotman et à France 2 de nous avoir autant éclairé sur ce sujet brûlant et... d’actualité !

L'auteur Luc
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2021 : Gagnez 1 ex Embrasse l’hiver et danse avec lui


La gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr