Onirik
Les vestiges de l’aube - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le lundi 8 août 2011.

Un thriller fantastique au cœur de Manhattan ; un voyage jusqu’à la guerre de sécession ; un vampire qui éclaire la nature humaine : un premier roman magnifique par l’auteur du Projet Bleiberg.



Editeur : Michel Lafon

roman de David S. Khara

Présentation de l’éditeur

Depuis les attentats du 11 septembre, Barry Donovan est dévoré par le désespoir. Et ce n’est pas son métier de flic, dans un New York accablé par la criminalité, qui lui remonte le moral.

Son seul réconfort : les conversations virtuelles qu’il entretient chaque soir avec un certain Werner Von Lowinsky, aristocrate cultivé et apaisant. Peu à peu, sans s’être jamais rencontrés, ils deviennent amis, se confiant leurs préoccupations les plus secrètes, échangeant sur les sujets les plus intimes.

Mais Barry ignore encore que Werner n’est pas un homme comme les autres.

Avis d’Enora

Les éditions Michel Lafon réédite le premier roman de David S Khara, auteur que pour la plupart nous avons découvert avec le prodigieux Projet Bleiberg.

Ce récit qui flirte en même temps avec le thriller, le fantastique et l’historique, revisite le mythe du vampire. Un pari osé qui sous la plume de David S Khara se transforme en coup de maître !

Barry Donovan est un flic new-yorkais avec un passé douloureux et des rayures à l’âme qui le rendent un peu asocial. En chatant sur le Net, il fait la connaissance de Werner Von Lowinsky, un personnage atypique, flamboyant, à la prose un peu surannée et pour cause… Werner est un vampire depuis la guerre de sécession. Entre ces deux personnages blessés, ayant chacun leur fragilité, va naitre une complicité inattendue.

Cinq cadavres sont retrouvés avec une balle dans la nuque, à genoux, les mains attachés dans le dos. Ce mode opératoire ressemble à une signature de la mafia. Un imitateur ou une nouvelle guerre des gangs comme dans les années 80 ? Barry et ses coéquipiers semblent dans une impasse mais c’est sans compter sur l’aide de Werner…

L’auteur entrecoupe son histoire policière, de chapitres narratifs en italique dans lesquels Werner se raconte, créant ainsi très vite l’empathie du lecteur avec celui qui va se révéler n’être ni un monstre, ni un prédateur, ni un fantasme pour adolescente, mais simplement un homme avec un passé, un présent et le choix de définir ce qu’il veut être dans son avenir.

Au suspense de l’intrigue s’ajoute donc celui de savoir comment va tourner la relation entre les deux personnages que tout sépare : l’époque, le statut, la mentalité, les codes sociaux.

Ce roman, vraie histoire d’amitié, est un récit profondément humaniste dans lequel le coté fantastique sert de prisme à dispersion des émotions humaines. L’homme-héros confronté à l’homme bourreau. Un monde dans lequel les monstres ne sont pas ceux que l’on suppose. Car ce qui fait d’une créature un être humain est peut-être de toujours conserver le choix de ses actes…

Une belle écriture, une intrigue prenante, de fines réflexions tant philosophiques qu’historiques, deux héros émouvants et attachants, bref, un sans faute pour ce premier tome qui inaugure une série qui devrait en compter trois.

Fiche technique

Format : broché
Pages : 246
Editeur : Michel Lafon
Sortie : 19 mai 2011
Prix : 17,95 €


A lire aussi sur Onirik

Le projet Bleiberg - Avis +
Les vestiges de l’aube - Avis +
Les Vestiges de l’Aube
L'auteur Enora
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2019 : Gagnez 5 Une gaffe par jour de Gaston


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr