Onirik
Interview de Richard Stallman
Onirik -> Nous contacter -> Editorial -> Dernière mise à jour : le mardi 3 juillet 2007.

Richard Stallman, fondateur de la FSF (Free Software Foundation), a réussi à trouver du temps pour répondre à quelques unes de nos questions.

Onirik le remercie chaleureusement et cela me permet au passage de lui apporter mon soutien sans faille.

Vote électronique

Onirik : Beaucoup de spécialistes nous ont alerté du danger du vote électronique que ce soit sur une machine à voter ou via internet. Quelle est votre position sur ces sujets ?

Richard Stallman : Je suis d’accord : les systèmes informatiques ne méritent pas la confiance en ce qui concerne les élections, parce que le logiciel et les données y sont trop vulnérables. Quels que soient les programmes dans la machine, et qu’ils soit libres ou privateurs [1] , celui qui veut tricher peut substituer une autre version juste avant l’élection.

Les systèmes électoraux sont complexes (et l’ordinateur-même n’en est qu’un composant). Leurs vulnérabilités ne sont pas évidentes. Si quelqu’un prétend avoir vérifié un système électoral numérique, peut-être a-t-il vérifié le logiciel et la machine, mais il faut se méfier d’une omission désastreuse de quelque chose dans le reste du système.

Onirik : La solution ne serait-elle pas de baser l’ensemble du système sur des logiciels libres (free software) et des standards ouverts ? Sinon pourquoi ?

RMS : Les standards n’ont rien à voir dans ces propos. Le logiciel libre veut dire le logiciel qui respecte les droits de l’homme de l’utilisateur. Lesquels, spécifiquement ? 0 : La liberté de le faire tourner comme vous voulez. 1. La liberté d’étudier le code source et de le changer, pour que le programme fasse ce que vous voulez. 2. La liberté de distribuer des copies aux autres, quand vous voulez. 3. La liberté de distribuer des copies de vos versions modifiées, quand vous voulez. Ces quatre libertés (dont la liberté 2 assure le droit de pratiquer la fraternité) nous donne un système dans lequel l’utilisateur est libre dans son informatique, libre du contrôle des autres entités privées.

Mais quand l’utilisateur est l’agence électorale, et l’utilisation consiste à compter les votes, est-ce que ça suffit ? Pas pour nous assurer que le scrutin est honnête. Même si vous avez étudié le programme de comptage des votes pendant six mois, et vous êtes assuré qu’il fonctionne honnêtement, vous ne pouvez pas être sûr que le programme qui compte les votes est celui que vous avez étudié.

La démocratie est trop importante pour y prendre des risque évitables. Si un système numérique de comptage des voix paraît solide, il faudrait vingt ans d’expérience pour y faire confiance.

Le projet GNU

Onirik : Voyez-vous les hommes politiques comprendre que le projet Gnu leur offre l’indépendance numérique vis à vis de grosses entreprises commerciales, la plupart américaines ? Les mentalités ont-elles évolué ces dernières années ?

RMS : La majorité des hommes politiques ne le comprennent pas encore, mais enfin ils ont commencé à apprendre. En France, une grande majorité des candidats a répondu aux questions du site candidats.fr sur la liberté et l’informatique — plus que jamais auparavant. Mais c’est toujours insuffisant.

Onirik : Que pensez-vous de l’Europe qui est dépendante des autres pour ses ressources primaires (pétrole, nourriture, ...), les ressources numériques (logiciels et matériels informatique, les DNS, ...) et à un certain point militairement ?

RMS : Il faut distinguer la dépendance à quelqu’un en particulier et celui au reste du monde. Dans les ressources physiques, nous voyons le second, qui n’est pas forcément dangereux en soi. Dans le numérique, le logiciel privateur impose la dépendance à une entreprise spécifique, qui est dangereuse parce que cette entreprise devient comme le seigneur des utilisateurs. Dans le militaire, c’est plus ou moins la soumission aux États-Unis, peut-être plus dangereuse encore.

Onirik : Etes vous souvent sollicité par des responsables européens pour aborder le deuxième point ?

RMS : Pas très souvent, mais en juin j’étais invité à parler à un comité du parlement italien au sujet du logiciel libre.

Onirik : Quels sont les prochains défis pour le "Free Software Movement" ?

RMS : Surtout nous devons résister aux tentatives des grands entreprises d’interdire les logiciels libres (par exemple, avec les brevets informatiques ou la EUCD) pendant que nous augmentons le nombre des applications libres disponibles. Pour pouvoir résister face à ces dangers, il faut renforcer les racines du mouvement, c’est à dire, éduquer les utilisateurs du système GNU-Linux, qui l’apprécient déjà pour ses avantages pratiques, à l’apprécier encore plus parce que ces logiciels respectent les droits de l’homme.

Onirik : De quel type d’aide vous avez besoin pour atteindre ces objectifs ?

RMS : Nous avons toujours besoin de plus de développeurs, mais le besoin le plus urgent est pour plus d’activistes pour diffuser les idées philosophiques du mouvement du logiciel libre.

[1] Le terme de « logiciel privateur » ou « programme privateur » est à utiliser à la place de « logiciel propriétaire » parce que ces programmes privent les utilisateurs de leurs libertés. Ils maintiennent les utilisateurs dans un état de division et d’impuissance. Division car il est interdit de partager le programme et impuissance parce que les utilisateurs ne disposent pas du code source, ne peuvent pas le modifier pour corriger des erreurs ou l’adapter à leurs besoins, et ne peuvent pas même vérifier ce que fait réellement le programme. Un logiciel libre respecte la liberté de l’utilisateur en lui garantissant les quatres essentielles que tout utilisateur de programme doit avoir : liberté d’utilisation du programme, liberté d’étudier le code source du programme, liberté de modifier le programme, liberté de distribuer des copies du programme original ou modifié.


A lire aussi sur Onirik

Symbiose - compte-rendu de l’émission du 3 mai 2009
Symbiose - compte-rendu de l’émission du 1er février 2009
Open Source et création musicale
Symbiose - compte-rendu de l’émission du 2 novembre 2008
Symbiose - émission du 2 novembre - OpenBSD
Symbiose - émission du 5 octobre 2008
Emission Symbiose du 5 octobre 2008 - MYSQL & PHP : clefs d’un succès
Symbiose - émission du 3 août 2008
Symbiose - le 3 août 2008
Symbiose - Emission du 6 juillet 2008
Symbiose - compte-rendu de l’émission du 4 mai 2008
Emission Symbiose du 4 mai
Emission Symbiose du 6 avril 2008
Symbiose - compte-rendu de l’émission du 2 décembre 2007
Interview de Mathieu Pasquini, fondateur de In Libro Veritas
Symbiose - émission du 2 décembre 2007
Symbiose : les méthodes de travail du logiciel libre sur Radio Libertaire
Symbiose : émission du 7 octobre 2007
Tears of Steel, petit dernier de la Fondation Blender
Eben Moglen en conférence à Paris le jeudi 5 juin 2008
L'auteur Freyr
Son site :
Sa fiche
A gagner !

17 mai : Gagnez la nouvelle collection LJ


les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr