Onirik
Elle marchait sur un fil - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le mardi 8 avril 2014.

Un roman beau et déroutant qui distille avec minutie les chemins de la vie, à travers un magnifique portrait de femme.



Editeur : Le Seuil

roman de Philippe Delerm

Présentation de l’éditeur

Marie, la cinquantaine, vient d’être quittée par son compagnon et ne conçoit pas l’existence sans réalisation littéraire ou théâtrale. Elle entretient des rapports difficiles avec Étienne, son fils, qui a dû renoncer à une carrière de comédien, alors qu’elle y encourage maintenant sa petite fille, Léa.

Avec un groupe de jeunes comédiens, Marie ose enfin se lancer dans ce qui représente l’aboutissement d’une vie : la création d’une pièce de théâtre. Mais le rêve peut tourner à la tragédie.

Avis de Claire

Pour son dernier roman, Philippe Delerm convoque un milieu qu’il connait bien, celui de l’édition, des écrivains et des artistes. Il nous surprend et nous émeut avec cette histoire aux apparences sages, mais bien plus désenchantée qu’elle n’y paraît. Dès les premières pages, on le sent, comme une rivière qui gronde sous un sol fertile. Il va se passer quelque chose, c’est presque palpable, mais il faudra attendre jusqu’aux dernières pages pour saisir la gravité du texte.

Avec l’histoire de Marie, cette attachée de presse entre deux âges, encore belle mais déjà de l’autre côté de la rive, on a droit à un très beau portrait de femme, bien ancré dans le quotidien (on évoque des émissions de télévision bien connues, il est question de l’école du mercredi matin des petits parisiens...). Marie vient d’être quittée par son compagnon de longue date, le père de son fils. Malgré une vie bien remplie, elle cherche à se réinventer.

Entre la vie bouillonnante de Paris et la quiétude de la Bretagne, avec ses côtés anglo-saxons, les clins d’oeils jalonnent le texte (notamment aux préraphaélites, on pense au très beau roman Autumn [1] qui évoquait ce thème), Marie cherche sa place, au milieu de personnes enrichissantes, comme Albert son ancien voisin ou Agnès qui a ouvert un salon de thé-galerie, ou encore cette troupe de jeunes comédiens, qui réveille en elle une passion jamais assouvie.

Philippe Delerm a le don de créer une atmosphère, un confort narratif dans lequel le lecteur se sent en confiance, embarqué dans une histoire où tout semble couler de source. Mais son plus grand talent est celui de nous maintenir tout le long du texte sur le fil, comme un funambule, comme Marie sur le fil de sa vie, jusqu’aux dernières lignes, abruptes et sans concessions.

Fiche technique

Format : broché
Pages : 214
Editeur : Le Seuil
Sortie : 3 avril 2014
Prix : 17 €

[1] Ce roman raconte la passion entre Dante Gabriel Rossetti le créateur de la confrérie préraphaélite et Elizabeth Siddal


A lire aussi sur Onirik

L’extase du selfie et autre gestes qui nous disent
Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long - Avis +
Je vais passer pour un vieux con
L'auteur Claire Saim
Son site : page facebook
Sa fiche
A gagner !

25 octobre : Gagnez 3 x Sa majesté des chats avec KDP


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr