Onirik
VOD : La catedral del Mar - Avis +
Onirik -> Télévision -> Séries -> Dernière mise à jour : le vendredi 20 août 2021.
Plateforme : Netflix

série espagnole de S. Barrejón, I. Falcones, A. Onetti (2018)

Présentation officielle

Dans le Barcelone du XIVème siècle, un serf en quête de richesse et de liberté s’attire le mépris des nobles et les soupçons de l’Inquisition.

Avis de Chris

Au XIVe siècle, à Barcelone, l’Eglise et les nobles dirigent le petit peuple. Les lois et les coutumes asservissent autant les femmes que les paysans et esclaves. L’un d’eux, Arnau Estanyol, est un débardeur. Sa tâche est de porter des pierres très lourdes vers le chantier de la Cathédrale de la Mer, construite par le peuple et pour le peuple. Humilié sans cesse, sa soif de vengeance résultera une envie de prouver qu’agir avec humanité peut devenir la raison de tout un peuple. Arnau passera sa vie à combattre ce qu’il exècre et à défendre les pauvres. Hélas, c’est loin d’être une sinécure.

Tiré d’un livre d’Ildefonso Falcones [1], cette adaptation comprend une saison unique de huit épisodes. Cette épopée historique prend du temps à se développer. On suit Arnau dès sa naissance et on traverse le temps en sa compagnie. Les ellipses ne nous perdent pas et sont introduites par des indications de temps. Cette manière de procéder permet aux téléspectateurs de s’attacher aux nombreux personnages qui gravitent autour de notre héros.

Outre Arnau, nous rencontrons Sahat, celui qui sera sans doute le plus grand ami de ce dernier, bien avant Joan qui a pourtant partagé sa vie depuis l’enfance. Les deux hommes se comprennent et se complètent. Même s’ils ne sont pas toujours en accord, leur amitié est sincère. Quant à Mar [2], la jeune fille fougueuse aux principes en désaccord avec son rang et son époque, elle apporte une bouffée d’air frais à la série.

De plus, les ennemis sont légion et portent des visages différents. Que dire d’Elianor [3], la pupille du roi, qui n’hésite jamais à manipuler et provoquer pour arriver à ses fins ! Grau Piug et ses enfants, pour leur part, font sans doute partie de la famille la plus ambigüe de la série. Qu’on les apprécie ou qu’on les déteste, ils sont ceux qui ont fondé le plus de rancunes envers Arnau. Et c’est réciproque !

A cette époque, diverses cultures sont intégrées à Barcelone. Les juifs et les musulmans tentent de survivre aux côtés des chrétiens qui sont de plus en plus animés par une haine fondée sur peu de choses. En effet, l’Inquisition, menée par des ecclésiastiques zélés qui tiennent d’une main de fer la population, dicte ce qui est convenable et ce qui ne l’est pas. Il est assez ironique de voir avec quel mépris et quelle facilité certains s’appuient sur les lois divines pour commettre des horreurs en invoquant telle ou telle loi non religieuse. Et inversement.

La catedral del Mar présente une intrigue où l’injustice est reine. Néanmoins, il arrive que la bienveillance, l’humanisme et l’espoir entrent en scène. Ces petits moments sont ceux qui vous permettront de continuer la série jusqu’au bout, jusqu’au final assez controversé.

Sans grande surprise, la série espagnole est très violente et réaliste notamment envers les femmes. Le viol y est monnaie courante et les violences faites aux esclaves, aux serfs et aux paysans sont également nombreuses. Sachez que beaucoup de scènes sont explicitement suggestives et peuvent heurter les personnes les plus sensibles. Outre cette violence perpétuelle, presque ancrée dans l’esprit des gens, la peste noire, les famines et les guerres viennent s’ajouter aux difficultés. Vivre en cette période était un défi de chaque instant.

N’oublions pas une chose, si la série espagnole fait partie des meilleures dans son genre, c’est sans doute grâce au réalisme induit par des décors très travaillés et une photographie magnifique. Les scènes sont par ailleurs souvent tournées en extérieur et les intérieurs sont détaillés. De plus, les costumes paraissent vrais. Le jeu des acteurs n’est pas en reste. Il sont toujours très justes. Certains sont des habitués du petit écran tandis que d’autres se révèlent et prouvent que le casting a été réalisé avec soin.

Enfin, la bande originale créée par Federico Jusid accompagne parfaitement les diverses péripéties que comptabilise la série. Tintés de sonorités orientales, les instruments à cordes sont les plus imposants. On y ressent toute l’intensité des scènes tragiques comme celles où le pouvoir est roi.

La Catedral del Mar est une fresque historique aux intrigues incessantes où la haine combat l’amour à coup de fouet dans le dos. Passé les deux premiers épisodes introductifs, la série est un petit bijou poli avec intelligence. A voir sans modération pour les personnes habituées au genre.

Bande annonce

Fiche technique

Titre : La Catedral del Mar (La Cathédrale de la Mer)
Scénaristes/réalisateurs : Sergio Barrejón, Ildefonso Falcones, Antonio Onetti
Genre : historique, drame
Avec : Aitor Luna, Jordi Aguilar, Pablo Derqui, Ginés García Millán, Silvia Abascal, Michelle Jenner, Daniel Grao...
Pays : Espagne
Nombre de saisons : 1 (terminé)
Nombre d’épisodes par saison : 8
Durée d’un épisode : 55 minutes
Chaîne initiale de diffusion : Antena 3
Plateforme : Netflix
Sortie : 23 mai 2018 (Espagne) - 1er septembre 2018 (France)

[1] La cathédrale de la Mer, Robert Laffont

[2] La cuisinière de Castamar, Netflix

[3] La cuisinière de Castamar, Netflix

L'auteur Christelle Rio
Son site :
Sa fiche
A gagner !

18 mai : Gagnez La Fileuse d’argent


la gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr