Onirik
Le chat qui n’était plus là...
Onirik -> Littérature -> Interviews, bio et bibliographies -> Dernière mise à jour : le samedi 11 juin 2011.

James Qwilleran, Koko et Yom Yom sont orphelins...



JPEG - 27.6 ko

Le 4 juin 2011, Lilian Jackson Braun s’en est partie rejoindre le comté de Moose, à 600 kilomètres au Nord de partout. Nous perdons une très grande auteur, aux personnages si humains et attachants qu’ils en étaient devenus des amis.

Une triste occasion pour revenir sur la vie de cette fabuleuse auteur qui a développé un univers bien à elle lors d’enquêtes policières bien, très bien ficelées et souvent un peu farfelues.

Née en 1913 dans le Massachussetts, elle est issue d’une famille pour qui la lecture était très importante. Sa maman lui demandait chaque soir de raconter « l’histoire de sa journée ». Mue par cette ambiance littéraire, elle développe un amour des auteurs du dix-neuvième siècle, notamment Twain et Dickens.

Sans surprise, Lilian s’oriente vers des études littéraires à Detroit, où ses premiers écrits - des poèmes dédiés au base-ball - seront publiés dans un journal local. Elle hésite ensuite dans son orientation, mais le journalisme l’emportera sur la communication et la publicité.

JPEG - 21.7 ko

Elle travaille pendant 30 ans au Detroit Free Press, et prend sa retraite en 1984. De 1962 à 1968, elle vend ses « nouvelles félines » à divers magazine. La plupart de ses nouvelles seront publiées par la suite en un seul livre, Le chat qui racontait des histoires. En 1966, elle commence la série Le chat qui..., grâce à laquelle Lilian est élue « Detective of the year » par le New York Time.

Malheureusement, la société américaine ne s’intéresse guère à ses histoires de chats. Elle interrompt donc l’écriture jusqu’en 1986, année où est publié Le chat qui voyait rouge, qui connait un vif succès.

Elle publie entre 1986 et 2007 trente romans mettant en scène James Qwilleran, journaliste à Chicago, brillant et dilettante, qui navigue de rubrique en rubrique, et où ses chats siamois l’aident à résoudre des enquêtes policières plus ou moins étranges. Au bout de quelques romans, Qwill, comme l’appellent ses amis, hérite d’une fabuleuse fortune qui exige de lui qu’il aille résider dans le Comté de Moose.

JPEG - 20.3 ko

Après quelques hésitations, il part donc s’y installer, et les lecteurs découvrent avec lui des petites villes coupées du monde, des habitants excentriques et délicieux. Mais l’aptitude de Qwill à se retrouver mêler à des mystères ne l’a bien sûr pas abandonnée, et c’est avec humour que l’univers pittoresque du comté de Moose se développe au fil de ces romans, traduits en 16 langues.

On note aussi une amusante mise en abyme : Qwilleran écrit deux livres, qui seront effectivement publiés. Il s’agit d’un recueil de nouvelles : Contes et légendes du comté de Moose », et La vie secrète du chat qui..., sorte de journal de Qwill et de ses chats.

Pour les non anglophones, deux romans restent à traduire, Le chat qui avait 60 moustaches et Le chat qui sentait la fumée. Espérons qu’ils seront traduits par l’excellente Marie Louise Navarro, avec qui nous suivons les aventures de nos héros depuis le premier roman.

Marie Louise a notamment participé à l’écriture d’un roman épistolaire avec

JPEG - 21.8 ko

Lilian, Lettres siamoises, ou comment peut-on être persan, où des chats s’écrivent pour se raconter les aventures de leurs maîtres, mais surtout disséquer leur comportement.

Lilian Jackson Braun a dit une fois : « Je ne crois que je pourrais écrire de livres sans mes chats. Tous les jours, ils font quelque chose qui me donne une idée. » Quel écrivain pourra la contredire ?

Au revoir Lilian, et bon vent !

A gagner !

Décembre 2021 : Gagnez 1 ex Embrasse l’hiver et danse avec lui


La gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr