Onirik
VOD : SOTUS, saison 1 - Avis +
Onirik -> Télévision -> Séries -> Dernière mise à jour : le jeudi 18 juin 2020.
Plateforme de diffusion : Youtube

série thaïlandaise de Lit Padung Samajan (2016)

Présentation de la série

Adaptation d’un roman de BitterSweet

Dans une école d’ingénieurs se trouvant en Thaïlande, les étudiants convoitent un engin mécanique qu’ils ne reçoivent que s’ils maîtrisent le système SOTUS (Seniority, Order, Tradition, Unity, Spirit), des valeurs telles que l’unité, l’esprit d’équipe, le respect des traditions...

Arthit, l’un des seniors, abuse souvent de son pouvoir sur les nouveaux élèves. Il reste impuni jusqu’à ce qu’un autre élève, Kongpop, un de ses juniors, se dresse contre lui. Mais leur antagonisme va se transformer en une relation imprévue et de plus en plus passionnée.

Avis de Hirone

Sotus est une série thaïlandaise de 2016 composée de deux saisons (les deux sont visibles sur la chaîne Youtube de GMMTV).

Kongpob entre en première année à la faculté d’ingénierie. Il y arrive avec Em, son meilleur ami depuis le lycée, et va faire la connaissance de tout un groupe de personnes. Ce à quoi il ne s’attendait pas, est qu’à la fin de la première journée de cours tous les étudiants de première année sont invités à rester pour un meeting SOTUS. Meeting quasiment obligatoire, car c’est presque là que les relations sociales vont se jouer.

En France, l’esprit de confrérie ou de groupement est assez différent lorsqu’on regarde les premières années de fac. Si on ne s’inscrit pas volontairement dans un club ou on ne participe pas à la vie de l’université, il n’y a pas vraiment de différence. Cependant, même ici, il existe, comme dans cette série, des milieux particuliers où l’aspect senior-junior est très important [1].

Le système SOTUS est ainsi mené par les troisième année [2]. Les étudiants vont être bizutés et des ordres leur seront donnés pour les « éduquer ». Il faut en effet inculquer à ces nouveaux l’esprit de groupe, la curiosité d’apprendre à connaître les autres, notamment les aînés leur donnant, par exemple, un carnet où les nouveaux vont venir demander les signatures des plus vieux. De nombreux actes paraissent énervants et contraignants pour les plus jeunes, surtout que les plus âgés, étant déjà passés par là, leur donnent des gages ou en profitent bien pour les humilier. Le message que les aînés essayent de faire passer n’est pas clair pour les plus jeunes et c’est surtout sur le long terme qu’il devient compréhensible et acceptable.

C’est pourquoi dans un premier temps, Kongpob va se rebeller face à Arthit, le chef chargé du bizutage. Il prend plaisir à le pousser dans ses retranchements et à le questionner sur les pratiques de la faculté. Arthit prend cette provocation avec colère, il ne supporte pas l’aspect de chevalier servant, protecteur qu’il a envers ses amis, que Kongpob lui oppose.

Dans cette série, outre les relations qui se tissent, c’est la pratique du bizutage qui est mise en avant et démontée. Kongpob est nouveau, il veut comprendre pourquoi les aînés se comportent ainsi avec eux. Ils demandent du respect que nous, spectateurs, n’aurions pas non plus envie d’avoir. Il y a une forme et une manière de dire les choses qui heurtent. Et pourquoi, plus on avance dans les épisodes, plus les deux parties comprennent les différences et ce qui fait le lien entre les différents étudiants. La galère permet de se rapprocher et de pouvoir se serrer les coudes. Lorsqu’on s’unit contre l’adversité, on n’a pas le temps de se battre entre soi. De grandes notions sont abordées, comme l’unité, la dignité. Il faut être légitime à être dans cette faculté et à hériter de son histoire et ses coutumes.

Sotus nous propose de remettre en cause la manière de faire plutôt que de détruire le système tout entier. Comme le souligne Kongpob, les 3e année poussent les nouveaux à s’investir dans les activités, à donner le meilleur de soi et à se créer de fabuleux souvenirs. Il dit aussi que le système n’est pas mauvais, mais que la manière de faire peut être améliorée. On aime voir les confrontations et on est frustré pour Kongpob, bien qu’on comprenne la position des plus vieux.

Et puis, il n’y a pas que le bizutage. En effet, la première provocation de Kongpob envers Arthit a été de lui annoncer qu’il ferait de lui sa « femme ». Cette scène, mythique, pose le début d’une relation très tumultueuse entre nos deux personnages principaux. Leur histoire prend beaucoup de temps à se construire et c’est très bien amené. Il ne faut pas oublier qu’au début, Arthit n’est vraiment pas tendre, et même s’il se compose un rôle, il reste tout de même dur et intransigeant. C’est au fil des épisodes qu’il se détend peu à peu, il est très compliqué pour lui de tenir cette casquette de chef du bizutage, car il faut se montrer sans faille. Il a une responsabilité envers tout le monde, que ce soit ses camarades de promotion, les plus jeunes qu’il forme, ou les anciens qui le surveillent. Les professeurs ont également un œil attentif au déroulement des meetings. Comme partout, les parents se plaignent de cette contrainte à laquelle les élèves sont soumis, et la réputation de l’établissement est essentielle.

Arthit a donc une coquille d’acier et Kongpob n’hésite pas à donner des petits coups dedans pour l’avoir à l’usure. Il est d’ailleurs intéressant que Kongpob ait des sentiments plutôt ambigus. Il sait que son attirance pour le plus âgé est compliquée. Surtout que ce dernier ne semble vraiment pas le porter dans son coeur.

Autre chose qui est vraiment intéressante, c’est que du côté d’Arthit, les choses arrivent vraiment lentement. Ce dernier ne voit d’abord qu’un élément perturbateur en regardant Kongpob. Mais il va finir par ne voir plus que lui. L’homosexualité n’est pas vue comme une chose facile et acceptée par tous dans cette série. Ce n’est pas une évidence pour lui et il lui faudra beaucoup de réflexion avant d’oser faire un pas vers Kongpob. Beaucoup de choses le retiennent et on peut le comprendre, surtout que c’est un garçon qui, à la base, n’exprime pas beaucoup ses sentiments personnels en la matière.

On suit dans cette première saison une bonne partie de l’année scolaire. On voit les différents personnages évoluer, car il n’y a pas que Kongpob et Arthit. On fait la connaissance de la mignonne May, qui fera battre le petit coeur d’Em. Mais aussi tous les autres personnages qui les entourent, développent des petites histoires. La culture thaïlandaise, et plus particulièrement dans les universités, est profondément marquée par l’esprit de fraternité. On est de fait dans une lignée, car ceux qui partagent le même numéro d’une année sur l’autre sont liés.

Sotus n’est pas une série toute rose. Certains passages sont rudes tant on peut trouver qu’il y a de l’injustice. Mais on ne peut pas nier qu’elle est passionnante à regarder. Les personnages sont hyper attachants et on peut dire que les acteurs principaux sont très bons. Il est dur de briser la coquille d’Arthit, mais une fois que des expressions rieuses ou gênées apparaissent, on ne peut que craquer pour lui. Tout comme on voit à quel point Kongpob peut être blessé par les propos qui lui sont dits. Ses expressions se dessinent avec beaucoup de facilité sur ses traits. Notre petit coeur se brise en même temps que le sien et on a envie de le soutenir dans chacune de ses actions.

Et si vous n’êtes pas convaincus, vous pouvez l’essayer également juste pour retrouver vos acteurs préférés plus jeunes. Em est incarné par New, qu’on a vu récemment dans Dark Blue Kiss dans le rôle de Kao, Bright, un troisième année dragueur, est joué par Off [3] ! Bref, la famille des acteurs de GMMTV est toujours très présente.

En bonus à tout cela, il y a également un épisode spécial de disponible [4]. C’est vraiment un épisode making-of où les secrets de tournage vous seront dévoilés. Un des faits les plus amusants, est qu’au départ, Perth, qui incarne Kongpob, était venu au casting pour prendre le rôle de ce cher Arthit !

Fiche technique

Titre Original : Phi Wak Tua Rai Kap Nai Pi Nueng / พี่ว้ากตัวร้ายกับนายปีหนึ่ง / Sotus The Series พี่ว้ากตัวร้ายกับนายปีหนึ่ง
Genre : romance, bizutage, école
Nombre d’épisodes : 15 + 1 épisode spécial
Diffusion :Diffusion Terminée : Diffuseur : GMM 25 (GMMTV YouTube) / Line TV
Durée : 50 minutes chaque épisode
Avec Perawat Sangpotirat (Arthit), Prachaya Ruangroj (Kongpob), Chanagun Arpornsutinan (Prem), New Thitipoom Techaapaikhun (M/Em/Aim), Off Jumpol Adulkittiporn (Bright), Neen Suwanamas (May)...

Plateforme de visionnage : chaîne YT de la GMMTV [5]

Trailer officiel
On vous déconseille néanmoins de regarder le trailer, ce dernier dévoile beaucoup de scènes clés de la série.

[1] comme en médecine où les bizutages sont encore fréquents par l’effet de groupe

[2] Les études ici durant 4 ans, ce sont les 3e année qui en sont chargés

[3] Que vous avez peut-être vu dans Theory of Love

[4] Seule la première partie de l’épisode est sous-titré en français, mais le reste est sous-titré en anglais.

[5] Nous avons mis la partie 1 du premier épisode. N’oubliez pas de sélectionner les sous-titres français !


A lire aussi sur Onirik

VOD : 2gether - Avis +
VOD : Dark Blue Kiss - Avis +
VOD : Theory Of Love - Avis +/-
VOD : Cause You’re My Boy - Avis +/-
L'auteur Hirone
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2019 : Gagnez 5 Une gaffe par jour de Gaston


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr