Onirik
Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le mardi 7 mai 2019.

Au final, Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux a été un des livres les plus difficiles qu’il m’ait été donné de lire. Plusieurs fois j’ai failli abandonner. Non pas à cause de l’écriture, qui est fluide et efficace, remarquable même, mais parce que ce qui est décrit est insoutenable. Vous ressortirez de cette lecture, bouleversés, émus, mais surtout en colère. Une lecture nécessaire, donc.



Editeur : Pocket

un roman de Martha Hall Kelly

Présentation de l’éditeur

Septembre 1939 : les hordes nazies déferlent sur la Pologne. Commence alors, pour trois femmes que tout oppose, un terrible et rigoureux hiver... Il y a Caroline, d’abord. L’ancienne actrice américaine vit dans l’opulence, mais la guerre en Europe va bouleverser tout son quotidien...

Kasia ensuite, cette jeune Polonaise qui rentre en Résistance, au péril de sa vie et de celles des siens. Herta, enfin, que son ambition dévorante jettera parmi les monstres – au point de s’y conformer.

Toutes trois l’ignorent encore mais elles ont rendez-vous, au plus noir de l’hiver : au camp de Ravensbrück...

Un premier roman remarquable sur le pouvoir méconnu des femmes à changer l’Histoire à travers la quête de l’amour, de la liberté et des deuxièmes chances.

Avis d’Emmanuelle

Les lectures ayant pour cadre les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale laissent toujours un goût âcre et une boule dans la gorge... La particularité du roman de Martha Hall Kelly est d’offrir les points de vue totalement différents de trois femmes qui ont vu, vécu et subi cette guerre. Si Kasia est un personnage inventé, ce "lapin" de laboratoire, qui a subi d’atroces opérations à la jambe pour tester des soins expérimentaux, les deux autres ont réellement existé. Caroline, l’américaine qui s’est démenée pour offrir de quoi vêtir les enfants orphelins français, puis a offert de l’espoir aux rescapées mutilées de Ravensbrück, et Herta, la femme médecin qui a oeuvré dans le camp de concentration.

L’auteur a eu la tâche bien difficile pour doser données historiques justes, biographies réelles et romancées, et tout cela sans tomber dans le pathos. Tout est parti d’une double page dans le Victoria Magazine, parlant des incroyables Lilas fleurissant sur la propriété de Caroline Ferriday. Des années plus tard, après avoir visité la propriété de la grande dame américaine, Martha Hall Kelly se lance dans de monumentales recherches qui vont la conduire en Allemagne, en Pologne et en France, afin de donner vie à son projet.

Si les chapitres consacrés à Caroline sont plutôt enjoués, émotifs et colorés, ceux qui montrent le point de vue de Herta sont froids et distants. Quant à Kasia, à l’instar de ce qu’elle a vécu, le mot d’ordre est la survie : pas de grandiloquence, pas d’apitoiement, il faut avancer, coûte que coûte. Après la période d’emprisonnement, la guerre est loin d’être finie pour elle. La Pologne est sous la dictature des Russes, elle a enfin épousé son amour de jeunesse, mais si elle reste forte, droite et dure, elle est brisée...

Peu à peu, au fil de la lecture se dessine le portrait du personnage qui était peut-être le plus difficile à cerner. D’ailleurs, l’auteur a passé sous silence bien des méfaits du médecin, elle s’est concentrée uniquement sur le cas des "lapins" de Ravensbrück.

Martha Hall Kelly a clairement choisi d’en faire un cas psychologique à part, guidé par une logique implacable, un tempérament totalement exempt d’humanité. Là réside l’interrogation principale : est-ce un monstre ? Cette insensibilité sentimentale et émotionnelle ferait qu’elle n’éprouve ni empathie, ni remord... Mais était-ce vraiment son cas ? Lorsque l’on regarde des photos de Herta Oberheuser, il y a clairement quelque chose qui cloche.

Au final, Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux a été un des livres les plus difficiles qu’il m’ait été donné de lire. Plusieurs fois j’ai failli abandonner. Non pas à cause de l’écriture, qui est fluide et efficace, remarquable même, mais parce que ce qui est décrit est insoutenable. Vous ressortirez de cette lecture, bouleversés, émus, mais surtout en colère. Une lecture nécessaire, donc.

Pour information, je vous déconseille d’aller voir ce qu’il est advenu des médecins maudits de la Seconde Guerre mondiale, vous pourriez, vous aussi, avoir des envies de meurtre. Si quelques uns ont été condamnés à mort, d’autres ont fait des peines d’emprisonnement ridicules (5 ans, dans le cas de Herta Oberheuser). Et ceux qui étaient spécialisés dans les armes biologiques ? Je vous laisse deviner ce qu’on a fait d’eux...

Pour finir sur une note un peu plus joyeuse, allez faire un petit tour sur le site de l’auteur, vous y trouverez toute son aventure littéraire, des cartes des lieux marquants du roman, et des recettes de cuisine pour les séances de club de lecture.

Fiche Technique

Format : poche
Pages : 672
Éditeur : Pocket
Collection : Best
Sortie : 3 janvier 2019
Prix : 8,95 €


A lire aussi sur Onirik

L'auteur Emma666
Son site : La pause lecture
Sa fiche
A gagner !

28 avril : Gagnez le tome 1 de Incarnatis


La gagnante est prévenue !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr