Onirik
Le Gardien de la Source - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le jeudi 28 juillet 2016.
Editeur : Pygmalion

roman de Vanessa Terral

Présentation de l’éditeur

"Puis elle le vit L’individu qui l’observait se tenait en retrait, à l’opposé de la pièce. Il ne cherchait pas à se fondre dans l’assemblée des gens bien nés. D’ailleurs, ceux-ci l’évitaient. C’était presque imperceptible, mais le flot des civilités s’écartait de lui dans une valse consommée."

En cet été 1814, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d’Allemagne, et son héritière, Anne-Hélène, sont conviées au bal du comte de Forcalquier. Si une telle invitation ne se refuse pas, la marquise est inquiète. Quelques mois auparavant, sa fille a souffert d’un mal funeste et été sauvée in extremis. Depuis, elle n’est plus tout à fait la même...

Quelle est donc cette ombre qui plane sur Anne-Hélène ? Et pourquoi le mystérieux Lazare, baron d’Oppedette, semble-t-il soudain subjugué par la jeune débutante ?

Avis de Claire

Nous étions déjà familiers du style, de l’univers et du talent de Vanessa Terral. Mais avec Le Gardien de la Source, elle signe son oeuvre la plus aboutie. Avec une langue riche de poésie et de rêverie, elle flirte avec le fleuron du meilleur de la littérature fantastique française.

Dans ses Remerciements, elle cite pèle-mêle ses sources d’inspiration, qui vont de Frédéric Mistral, en passant par Jean Giono, Matthew Lewis (Le Moine), ou encore Henry James et son glaçant Le Tour d’écrou. Nous pourrions ajouter également, les nouvelles fantastiques de Maupassant, pour l’atmosphère mais surtout Les Mystères d’Udolphe, d’Anne Radcliffe qui inspira en son temps une très jeune Jane Austen...

Si l’intrigue peut apparaître quelque peu complexe et d’ailleurs, même à la fin, elle se permet le luxe de garder une part de mystère, l’écriture fouillée de Vanessa Terral permet de faire ce voyage littéraire en toute quiétude. Il y a ici une richesse des mots, une recherche de la métaphore, un plaisir de l’écriture tellement évident que l’on goûte avec délectation chaque page de ce roman.

N’hésitez pas à franchir le pas, et à vous précipiter sur cette Source aussi énigmatique que ténébreuse, à l’image de son gardien, le sombre Lazare... D’autant que ce roman est une adaptation au 19e siècle du mythe d’Hadès et de Perséphone... Passionnant !

Avis de Evyneria

Il y a trois semaines, Anne-Hélène, jeune et belle jeune fille de dix-sept ans, a été atteinte d’une maladie foudroyante. Sa mère, Marie-Constance de Varages, marquise du bourg d’Allemagne, a fait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver son unique descendance.

Un mal bien étrange dont Anne-Hélène s’est heureusement remise. Mais Marie-Constance ne peut ignorer en revanche cette ombre qui plane dorénavant sur son agnelle. Alors quand elles sont conviées au bal du comte de Forcalquier, la marquise se dit que les mondanités et quelques festivités leur feraient le plus grand bien malgré la fatigue de cette dernière.

Aussi, ce fameux soir de bal, Lazare, baron d’Oppedette, se cache lui-même parmi les ombres, observant avec fascination Anne-Hélène. Elle seule semble alors captiver ce comte déchu que tout le monde semble fuir.

Nous sommes ainsi témoins d’une malédiction ancestrale qui pousse cet énigmatique Lazare à bien des sacrifices. Un homme curieusement lié à ses terres, et qui malgré tout ce qu’on peut lui reprocher, fait preuve d’une grande bonté. Il prend soin de ses gens et se préoccupe sincèrement des méfaits éventuels de cette malédiction dont il est atteint sur tout son entourage.

En apparence rien ne semble donc troubler cet homme. Puis, sans crier gare, l’héritière de Varages apparaît. Et leur vie à tous les deux prend alors une tournure inattendue…

Il est vrai qu’Anne-Hélène n’est pas comme toutes les jeunes filles de son âge. Elle ne veut pas être sous la tutelle d’un homme, a un certain besoin d’indépendance. Son comportement depuis les dernières semaines a en outre sensiblement changé, inquiétant parfois ses proches et même Lazare qui ne la connaît pourtant que depuis peu. Il ne fait aucun doute que Anne-Hélène a quelque chose de plus que les autres !

Au fait, nous reconnaissons à travers l’histoire d’amour des nos deux héros un mythe bien connu, un peu revisité, et dont on ne révélera bien évidemment rien, vous laissant ainsi le plaisir de le redécouvrir ou de le découvrir.

En effet, il y a des livres dans lesquels ont peut facilement parler des personnages et de leur histoire, et il y en d’autres, comme le Gardien de la Source, dans lequel on n’ose pas trop en dire par crainte de perde le charme et les subtilités du texte qui nous ont été insufflés tout le long. C’est pourquoi nous garderons donc un peu de mystère.

À force de détails nous imaginons aisément les paysages de la province, les habits, les senteurs et les couleurs entourant nos personnages. Une ambiance mystique s’élève au fil des pages, des forces obscures hantent les esprits, faisant frissonner les corps.

On sent également tout le long du roman les conséquences et les répercutions de la Grande Terreur et des conquêtes de Napoléon Bonaparte, sur le peuple. Un peuple qui a dorénavant du mal à trouver ses marques et sa place. C’est donc dans un climat de crainte que le lecteur et les personnages évoluent car l’auteur a très bien retranscrit ces pans marquants de l’histoire de France.

Mais à aucun moment ces aspect ne deviennent lourds ou pompeux, le côté historique se fond parfaitement à travers les aventures de nos héros, cela apporte justement de la profondeur et un bon complément à l’intrigue.

Notre immersion dans cette époque et dans cette histoire si particulière est marquée par un vocabulaire riche et authentique mettant grandement en valeur notre belle langue française. Empreint de poésie, subtil et intelligent, tel est le récit que nous offre Vanessa Terral.

Le texte et l’histoire sont donc d’une grande qualité, on peut néanmoins reprocher un manque d’intensité en général, l’étincelle qui subjugue le lecteur et qui fait d’un roman un coup de cœur. À noter que ce n’est pas non plus une lecture légère, et si certains butteront sur un vocabulaire rare, d’autres au contraire s’en délecteront !

Le gardien de la Source fait partie de ces livres qu’on pose fièrement dans notre bibliothèque grâce notamment à cette couverture absolument magnifique, un livre objet en somme. On ne peut que féliciter le travail accompli qui en outre représente à merveille l’ambiance et les héros de ce roman.

Fiche Technique

Format : broché
Pages : 394
Editeur : Pygmalion
Collection : Romans
Sortie : 13 janvier 2016
Prix : 16 €


A lire aussi sur Onirik

Par ton regard - Avis +
Quand tout se tait - Avis +
Les Vagues de Clamatlice - Avis +
Toute l’eau de mes larmes - Avis +
En travers de la gorge - Avis +
L’Aube de la Guerrière - Avis +
L’Aube de la Guerrière
Dames de Lune, Fées des brumes
Interview de Vanessa Terral
Le Lamento des ombres - Avis +
Le Lamento des ombres
Bonus pour Cinq pas sous terre
A la rencontre de Vanessa Terral
L'auteur Evyneria
Son site : Page Facebook
Sa fiche
A gagner !

17 février : Gagnez 2x2 entrées pour 34e Festival des Arts Martiaux


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr