Onirik
Le Bal des cendres - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le mardi 10 mai 2022.

Gilles Paris navigue avec succès, au gré des années, entre littérature jeunesse, recueil de nouvelles, récit, romans. Il accoste pour Le Bal des cendres sur l’île volcanique de Stromboli, au nord de la Sicile.



Editeur : Plon

roman de Gilles Paris

L’action se déroule au Strongyle, un hôtel de Stromboli où séjournent plusieurs couples et familles. Il y a aussi un enfant de 10 ans, Tom, qui ne se sépare jamais de ce mystérieux Gris qu’il est seul à voir avec son frère et sa sœur. Il y a enfin une adolescente, Giulia, grandie trop vite après la mort de sa mère. Tous vont apprendre à se connaitre, à s’apprécier, à s’aimer même pour certains, jusqu’à l’éruption du volcan qui décidera du sort de chacun dans ce roman choral.

Le propriétaire de l’hôtel, Guillaume de la Salle, est français. Il s’est associé à Matheo, avec lequel il a vécu un passé sombre quand ils appartenaient à la Direction du Renseignement militaire. D’autres clients s’installent cet été-là. Anton et Sevda, un couple charismatique. Lui est chirurgien et travaille sur les zones de conflits. Elle est une ancienne infirmière qui a élevé leurs trois filles et veille jalousement sur leur couple.

Il y a Lior, un océanologue de 25 ans, qui a vécu adolescent sur l’île, en sauvant sa mère d’une mort certaine. Ethel et Sebastiàn, frère et sœur, arrivent d’Uruguay après une enfance douloureuse. Elena, la comtesse italienne, privée de l’usage de ses jambes, se remémore ses souvenirs sur l’île dans l’ombre d’un mari disparu trop tôt. Abigale, une ravissante Américaine, attend son amant Eytan, marié à une autre femme. Gaetano, le guide, ami du père de Giulia, élevé pratiquement avec sa fille dont il est épris. Et Marco qui loue volontiers sa barque pour faire le tour de l’île.

Le volcan, toujours en activité, va se réveiller, tout comme la conscience éveillée des personnages et de leurs secrets. Cet été-là est celui de tous les dangers.

Avis de Thérèse

Gilles Paris navigue avec succès, au gré des années, entre littérature jeunesse, recueil de nouvelles, récit, romans. Il accoste pour Le Bal des cendres sur l’île volcanique de Stromboli, au nord de la Sicile.

On peut avoir au début du livre la crainte de se perdre devant la quantité de personnages qui s’expriment à la première personne au fil des courts chapitres, mais on se familiarise rapidement avec les différents protagonistes.

Giulia a quinze ans, elle est élevée par son père Guillaume, propriétaire de l’hôtel Strongyle avec son associé Mathéo. Elle n’a pas connu sa mère, n’en a jamais vu de photos, ne sait rien sur elle, son père n’en parle jamais. Son meilleur ami et confident est Thomas, un habitué de l’hôtel qui scrute l’horizon depuis dix ans, depuis le jour où son compagnon Emilio, parti nager, a disparu en mer.

Dans ce roman choral, l’hôtel accueille des clients qui ont tous des histoires à régler, des rêves, des regrets, des secrets. Le couple formé par Sevda et Anton, elle forte, puissante, qui s’est forgé une cuirasse, lui amoureux de sa femme mais incapable d’être fidèle. Ethel et Sebastian, frère et sœur séparés par leur mère pendant plus de dix ans.

La comtesse Elena, veuve du commissaire Enzo. Abigale, l’Américaine qui attend son amant. Le petit Tom, ses parents acrobates, ses frères et sœur, dont Gris qui n’est pas tout à fait comme les autres. Lior, qui enfant a passé ses vacances sur l’île. Et puis, il y a les locaux : Pippa qui travaille à l’hôtel et qui a élevé Giulia. Gaetano, le guide qui organise les excursions sur le volcan. Marco, le jeune pêcheur qui promène les touristes sur son bateau.

Mais dans Le Bal des cendres, si les personnages sont les danseurs, c’est le volcan qui mène la danse, qui en impose le rythme au gré de ses éruptions plus ou moins violentes et imprévisibles. Quand il se déchaîne, il met à nu la réalité profonde de chacun des personnages, les masques tombent.

Par petites touches, au fil des chapitres, l’auteur nous dévoile l’intimité des protagonistes, dans un décor paradisiaque où l’enfer n’est jamais loin, et il nous fait les aimer tous, plus ou moins, malgré leurs défauts, leurs mensonges, leurs faiblesses, parce qu’il sait en faire des êtres réalistes, humains donc imparfaits.

Gilles Paris explique à la fin du livre qu’il s’est rendu sur l’île de Stromboli plusieurs fois pour la préparation du Bal des cendres et qu’il a aussi fait l’ascension du volcan. On sent à la lecture à quel point il a aimé le lieu, son ambiance, la vie entre l’eau et le feu, le calme à la merci de la colère du volcan.

Un beau voyage auquel il nous invite à travers les pages de ce roman à la fois touchant, imprévisible, dépaysant, derrière une couverture en noir et blanc, comme hors du temps, où le personnage au premier plan est flou parce que le plus important est l’île au fond de la photo, immuable alors que les humains ne sont que de passage...

Fiche technique

Format : broché
Pages : ‎291
Éditeur ‏ : ‎Plon
Sortie : 7 avril 2022
Prix : 19 €


A lire aussi sur Onirik

La lumière est à moi et autres nouvelles - Avis +
Le Vertige des falaises - Avis +
Ma vie de courgette
Ma vie de courgette - Avis +
L’Eté des lucioles - Avis +
Autobiographie d’une courgette - Avis +
Au pays des kangourous - Avis +
Au pays des kangourous
Au pays des kangourous finaliste
L'auteur Thérèse Riu
Son site :
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2021 : Gagnez 1 ex Embrasse l’hiver et danse avec lui


La gagnante est prévenue


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr