Onirik
La Piste des éclairs - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le samedi 15 février 2020.

Un premier roman passionnant qui mêle les codes de l’urban fantasy au panthéon des Premières Nations navajos. Rebecca Roanhorse a totalement su capter un lectorat avide de nouveautés comme des racines qu’apportent les mythologies : carton plein !



Editeur : Milady

Le Sixième Monde : tome 1

roman de Rebecca Roanhorse

Présentation de l’éditeur

L’apocalypse climatique a englouti la majeure partie du monde, mais Dinétah, l’ancienne réserve navajo, a connu une véritable renaissance. Les dieux et les héros des légendes ont pris vie... tout comme les monstres.

Maggie Hoskie est une chasseuse de monstres et une tueuse aux dons surnaturels, le dernier espoir d’une famille qui fait appel à elle pour retrouver une fillette disparue. Cependant, la créature qui a enlevé l’enfant n’est que l’une des pièces d’un vaste et terrifiant puzzle que Maggie va devoir résoudre pour protéger les innocents.

À contrecoeur, elle accepte l’aide de Kai Arviso, un homme-médecine peu conventionnel. Sillonnant la réserve, ils déterrent de vieilles légendes, s’acoquinent avec un personnage des plus louches et affrontent une magie des plus noires dans un monde dévasté à la technologie mourante.

Pour survivre, et découvrir ce qui se trame derrière ces disparitions, Maggie devra affronter son douloureux passé.

Bienvenue dans le Sixième Monde.

Avis de Valérie

Le Sixième monde ? C’est celui qui s’est reconstruit après le cataclysme climatique qui a englouti notre bonne vieille Terre. En 2020, on voit déjà se profiler les signes apocalyptiques, mais une dizaine d’années après, des villes entières ont été englouties. Aux Etats-Unis, les membres de la première nation navajos ont été isolés du marasme par un mur entourant leur territoire.

Ce miracle, ils le doivent à leurs dieux, et même si la situation n’est pas enviable, elle l’est par rapport à la corruption qui règne hors des murs. Sauf que depuis peu, des monstres terrorisent la population indigène. Dans l’un des villages, une petite fille a disparu, enlevée par une entité indéterminée. Désespérée, la famille fait appel à une tueuse de monstres, une femme dont les pouvoirs claniques en font un outil létal, violent et sans scrupules.

Maggie Hoskie reprend alors du service après s’être terrée des mois durant. Le monstre qu’elle élimine, elle ne le connaît pas et l’amène à grand-père Tah, un homme médecine qui ne lui est pas vraiment lié, mais qu’elle aime beaucoup. Il lui adjoint son petit-fils naturel, Kai Arviso, afin de l’aider à enquêter sur ces ‘Tsé naayé’, des créatures façonnées de chair et de matière organique.

Mais, sur le chemin de Maggie, il n’y a pas que des êtres surnaturels rétifs, il y a également des dieux tels Ma’ii le Coyote, ou son ancien mentor Neizghani, le dieu tueur de monstres. Il y a également les milices qui ne l’aiment pas comme finalement tout ceux qui la rencontrent... N’est-elle qu’un instrument de mort nécessaire mais terriblement solitaire ?

Waouw, difficile de dire mieux que cette exclamation bien rudimentaire pour exprimer le plaisir de lecture ! Lorsqu’on aime l’urban fantasy (ou le fantastique en général), c’est pour le dépaysement. Un dépaysement qui agit sur notre quotidien, superposant à celui-ci ce voile légèrement opaque et magique de la fiction. De ce côté, nous avions déjà des auteurs emblématiques (d’ailleurs également publiés chez Bragelonne) tels Anne Bishop ou Patricia Briggs.

Ce sont effectivement les deux univers qui nous font penser à celui de Rebecca Roanhorse, bien que celui-ci ait une puissance non atteinte avant, car l’écrivaine appartient à la première nation Diné (navajo). Et cela fait toute la différence. Anne Bishop a élaboré un magnifique environnement, très original, qui a pu nous renvoyer aux mythes indiens, alors que Patricia Briggs a énormément travaillé les mythologies amérindiennes. On a le sentiment d’un harmonieux mélange de ces influences, mais ici, ce ne sont pas des emprunts, mais une vraie et belle réécriture de quelque chose que Rebecca Roanhorse connaît depuis toujours.

De plus, ces personnages sont charismatiques tout comme ils sont attachants et particulièrement bien construits. Maggie a tout de l’héroïne de bit-lit, mais est rendue plus tangible grâce aux détails climatiques (par exemple) qui nous rappelle notre futur proche. Le roman est doté d’un ton post-apocalyptique qui teinte le tout d’une désespérance, et qui appelle à la survie. On est captivé, enchanté, capturé par le texte. Vite, le second tome (c’est pour une urgence !).

Fiche technique

Format : broché
Pages : 320
Editeur : Milady
Collection : Le Sixième Monde
Sortie : 22 janvier 2020
Prix : 14,90 €


A lire aussi sur Onirik

Le Fléau des locustes - Avis +
#Sortie livre : Le Fléau des locustes
Le Sixième Monde arrive chez Milady !
L'auteur Valérie Revelut
Son site : Onirik
Sa fiche
A gagner !

Décembre 2019 : Gagnez 5 Une gaffe par jour de Gaston


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr