Onirik
Je crois bien qu’elle est morte, Adèle !
Onirik -> Bande dessinée -> Dernière mise à jour : le jeudi 8 décembre 2005.

Je sais bien qu’elle n’est pas jeune celle-là, mais de circonstance pour fêter une vieille copine ...



Petite question préalable : quel est le point commun entre La Der des Ders, Les nouveaux mystères de Paris (Nestor Burma), Le cri du peuple, La débauche et Adèle Blanc-Sec ?

tic ! tic ! tic ! (j’attends, j’ai tout mon temps, ce n’est pas moi qui paye la com...)

... Jacques Tardi !

Un trait à nul autre pareil, des méchants vraiment méchants, des gentils qui n’en ont pas l’air et surtout, surtout, un regard unique sur la société. Qu’elle soit actuelle (La débauche, scénario de Daniel Pennac) ou historique (Le cri du peuple, scénario de Jean Vautrin [1] - La Der des Ders, scénario de Daeninckx), ou romancée dans les enquêtes de Nestor Burma d’après les romans de Léo Malet [2] et comme les aventures d’Adèle Blanc-Sec, héroïne d’avant-guerre (la première, celle de 14), qui nous intéresse présentement.

J’avoue ne pas avoir adoré du premier coup - mais comme je dis toujours, une BD ça se lit, se relit et se rerelit [3]. La vie de cette héroïne aux moyens désuets, début de XXe siècle oblige, force tout de même l’admiration. Il suffit d’avoir connu une seule des femmes de cette époque [4], qui ont eu, à cause de la guerre, le poids de tout régir et faire fonctionner en l’absence des hommes, pour se rendre compte de l’énergie dont le sexe dit faible peut être capable. C’est bien cette force qui transparaît dans les 8 albums de la série. Enfin 8, peut-être 9 si on ajoute Adieu Brindavoine/La fleur au fusil, album à part qui met en scène un des protagoniste des aventures d’Adèle pendant la guerre des tranchées. L’auteur est comme ça, son inspiration a des chemins plus tordus qu’un raisonnement d’homme politique [5], mais on arrive à s’y faire et à suivre.

Le seul petit problème, c’est qu’à la fin du dernier album on peut lire : "Vous le saurez en lisant : LE LABYRINTHE INFERNAL - Ce prochain épisode répondra-t-il à toutes ces questions ?". C’était en 1998, la suite on l’attend encore. L’inspiration du maître s’est-elle tardie ... euh tarie ? Casterman a-t-il eut des velléités vénales sur la série [6] ?

L’oeuvre de Jacques Tardi a beau être riche et de bonne qualité, la suite d’Adèle nous fait des faux [7].

Les Aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec :
Scénario et dessin de Jacques Tardi.
- 1 : Adèle et la bête.
- 2 : Le démon de la Tour Effeil.
- 3 : Le savant fou.
- 4 : Momies en folie.
- 5 : Le secret de la salamandre.
- 6 : Le noyé à deux têtes.
- 7 : Tous des monstres.
- 8 : Le mystère des profondeurs.

[1] Sur la commune de Paris, d’après un roman du scénariste.

[2] Les vrais, rien à voir avec les mièvreries télévisées jouées par le néanmoins talentueux Guy Marchand.

[3] Vieille habitude de jeunesse ou je n’avais pas les moyens d’en acheter autant que maintenant, et adage piqué à un autre lecteur assidu de BD qui se reconnaitra peut-être, merci JiCéCé ! (fin du private joke)

[4] au hasard, une de mes arrières-grands-mères

[5] Si si, ça résonne aussi ces animaux là !

[6] Si c’est le cas, au poteau, le peuple aura sa peau !

[7] C’est quand même moins bon que "Est-elle morte Adèle ?", mais enfin basta !


A lire aussi sur Onirik

Le Dernier Assaut de Tardi - Avis +
Avril ou le monde truqué
Avril ou le monde truqué - Avis +
Non, elle n’est pas morte Adèle !
Rhaa Gotlib !
Adèle au grand écran
L'auteur Tof
Son site : Chabatz d’entrar
Sa fiche
A gagner !

25 octobre : Gagnez 3 x Sa majesté des chats avec KDP


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr