Onirik
DVD : Death Note - Avis +/-
Onirik -> Télévision -> Série télévisée -> Dernière mise à jour : le lundi 17 avril 2017.
Studio : Kazé Animation

série japonaise de Ryuichi Inomata et Ryo Nishimura (2015)

Présentation officielle

Light Yagami est un étudiant plutôt brillant. Fils de policier, il a grandi avec des valeurs fortes de justice et de moralité. Et ça tombe plutôt bien car un jour, il découvre dans ses affaires un étrange cahier noir. Lorsqu’il se rend compte que ce cahier a un pouvoir de mort, Light va commencer à s’en servir pour rendre justice lui-même : il va agir masqué sous le pseudonyme de Kira. Néanmoins, sous ouvert de faire le bien, Light n’en est pas moins un assassin. Et pour tuer les personnes désignées, il faut connaître leur visage.

Très rapidement, un détective privé, connu comme L, va s’intéresser à ces morts mystérieuses et inexpliquées. Il soupçonne le jeune étudiant et commence à traquer Light, qui va peu à peu glisser de la peau de justicier à celle de meurtrier.

Un combat acharné débite entre Kira et L. Kira a une intelligence hors du commun et aidé par Ryuk, le Dieu de la mort, il essaie de contrecarrer L. Mais L est malin et personne ne connait son visage.

Avis de Hiromichi

Death Note, un manga qu’on ne peut pas laisser passer. C’est une histoire qui table sur un large lectorat, son intelligence fascine comme ses personnages. Après un manga (en 13 volumes édité chez Kana), la série a connu des adaptations cinématographiques (3 films japonais) ainsi qu’une série animé de 37 épisodes disponible en France (d’ailleurs, Kana Home Video en fait une édition Blu-ray collector prévue pour le 12 juin 2017), un dernier film sorti au Japon sur la licence l’année dernière, et surtout là version américaine qui arrivera sur Netflix en août. Et encore, nous ne vous parlons même pas des autres adaptations : en comédie musicale, jeux, etc. Bref, une licence qui fait encore parler d’elle avec la sortie du coffret DVD de la série live action japonaise ! Et c’est bien de celle-ci dont nous parlons ici.

Ainsi, Death Note, c’est l’histoire de Light Yagami, un jeune étudiant très intelligent qui se retrouve à être en possession d’un Death Note – un cahier de la mort – qu’un dieu de la mort a laissé tombé sur Terre. Ryûk, le dieu de la mort en question s’ennuie et quoi de mieux que d’observer un petit humain faire usage de son jouet ? Outre les pommes qui sont son pêché mignon, Ryûk se montre comme spectateur avide de la bataille entre Light et les forces policières. S’ensuit ainsi une guerre d’intelligence entre Kira – l’assassin – et L – un détective de génie mandaté par Interpol.

On retrouve également Misa Amano – dite Misa Misa – une jeune fille qui voue un culte à Kira, car elle pense de la même façon : les criminels doivent mourir.

Dans cette version télévisée, nous retrouvons dans les rôles principaux Masataka Kubota dans le rôle de Light Yagami, et on pourra dire ce qu’on veut, il lui manque au début cette flamme d’intelligence qui fait de Light un garçon hors norme. En conséquence, il perd en crédibilité lorsqu’il se retrouve confronter à L qui est incarné par Kento Yamazaki [1].

Nous pouvons regretter ce choix de faire de Light un garçon plutôt normal et sans ambition, car on doit attendre son évolution et il donne l’impression de tomber si facilement dans tous les pièges qu’on lui tend. Il tâtonne et ne semble vraiment pas pouvoir faire le poids contre le détective de renom qu’est L. On remarquera d’ailleurs qu’il a beaucoup de chance ou qu’il se fait sauver bien souvent. Cela donne ainsi un rendu assez frustrant dans les premiers épisodes.

Light prend vraiment du temps pour nous convaincre, contrairement à ce L inhabituel. Kento Yamazaki l’incarne dans son arrogance et sa suffisance. Il lui garde ce petit côté imbu et il affiche clairement sa supériorité. C’est une prise de position qu’on peut concevoir, d’ailleurs, on remarque bien que c’est un acteur assez populaire, car le réalisateur fait en sorte de faire plaisir. Le jeune homme est un maniaque, et change de chemise bien souvent. Il n’y a ici aucun intérêt direct pour la série, si ce n’est, pour le plaisir des yeux. C’est un L qui semble également assez froid, mais on finit tout de même pas s’y attacher.

Pour en revenir à l’histoire, les épisodes suivent pendant un long moment la trame du manga, bien qu’on nous mette dès le début quelques nuances. On découvre dès le début l’existence de Near et de son drôle de compagnon. Near n’apparaît que pour faire quelques petits commentaires, mais bien vite son rôle apparaît plus conséquent. C’est plutôt un choix judicieux, car ainsi, son personnage n’arrive pas comme un cheveu sur la soupe, comme on pouvait le penser dans le manga. La pâle copie de L devient une personne à part entière et arrivera même à nous surprendre à certains moments.

Autrement, même si la bataille nous semble moins ardue que dans la série originale, une fois que Light commence à bien prendre ses marques, il est intéressant de le voir se confronter à L. Le mal contre le bien, le noir contre le blanc, ils discutent beaucoup et finalement, qui a raison ? Est-ce vraiment juste de dire que la « Justice triomphe toujours » lorsque l’on voit le nombre de morts dans le sillage de Kira ? Ne triomphe-t-elle pas trop tardivement ? Le drama reste assez superficiel sur le sujet, mais permet de répondre au moins à une question : celle de la prise en main du pouvoir et des sacrifices qui l’accompagnent.

Voilà une adaptation plutôt fidèle du manga, mais qui manque un peu conviction au début. On remarque que les criminels et délinquants ne sont que des hommes et que Misa tient encore parfaitement son rôle de potiche. C’est bien dommage qu’il n’y ait pas eu plus d’évolutions dans les relations des personnages. Mais, la série arrive à compenser la plupart de ses défauts et se rattrape sur sa deuxième partie. On sentait bien que l’enquête du début allait beaucoup trop vite impliquant la stagnation de l’intrigue. Mais après ça, on se fait happer par les machinations. C’est un jeu d’échecs qui se joue et c’est à celui qui aura le plus de coups d’avance.

Concernant le coffret DVD, ce dernier est assez simple et contient le strict minimum. Pas de feuillet, 4 DVD sur lesquels sont répartis les 11 épisodes de la série. La piste audio est en version originale sous- titrée français et c’est tout (ce n’est pas plus mal, Kento a de bonnes intonations et une jolie voix). On peut sinon être surpris par les bonus.

Attention, il ne faut pas s’attendre à grand-chose, il n’y en a que trois en tout. Deux pour apprendre la chorégraphie de Misa-Misa et une dernière où Light et L parodient Death Note en Kesu Note, le cahier qui permet de faire disparaître des objets quand on écrit son nom dedans. Ça ne dure pas très longtemps, mais on rit de les voir si sérieux à faire leur sketch.

Fiche Technique

Acteurs : Masataka Kubota, Kento Yamazaki, Mio Yuki, Yutaka Matsushige, Hinako Sano...

Audio : japonais

Sous-titres : français

Région : 2

disques : 4

Studio : Kazé Animation

Sortie du DVD : 29 mars 2017

Durée : 529 minutes

Prix : 24,99 €

[1] notons d’ailleurs que ce dernier joue dans de nombreux live action de manga, notamment de shojos


A lire aussi sur Onirik

Death Note : tome 12 - Avis +
Death Note : tome 11 - Avis +
Death Note tome 9 - Avis +/-
Death Note : tome 8 - Avis +
Death Note : tome 7 - Avis +
Death Note : tome 6 - Avis +
Death Note
Death Note : tome 5 - Avis +
Death Note : tome 4 - Avis +
Death Note : tome 3 - Avis +
Death Note : tome 2 - Avis +/-
Death Note : tome 1 - Avis +
Death Note en film pour Netflix !
Death Note débarque en DVD
Les dieux de la mort arrivent sur MCM
L'auteur Hiro
Son site : Le coin de Hiro
Sa fiche
A gagner !

20 mai : Gagnez 4 La Porte des abysses


les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr