Onirik
Comment apprendre à s’aimer - Avis +
Onirik -> Littérature -> Critiques -> Dernière mise à jour : le mardi 30 août 2016.

Un beau roman qui nous réconcilie avec soi-même



Editeur : Philippe Picquier

roman de Yukiko Motoya

Présentation de l’éditeur

Elle a 16 ans, puis 28, 34, 47, 3 et enfin 63 ans ; autant de moments qui invitent le lecteur à repenser l’ordinaire, et le guident sur le chemin d’une vie plus légère, à travers les formes et les gestes du bonheur : faire griller du lard, respirer l’odeur du thé fumé ou porter un gilet à grosses mailles.

Car le bonheur peut s’apprendre et « pour quelqu’un qui avait raté sa vie, il lui semblait qu’elle ne s’en sortait pas trop mal. »

Avis d’Emilie

Notre héroïne, Linde, a passé sa vie à chercher le bonheur. Son récit est un peu décousu, mais son parcours aussi. On vit avec elle quelques scènes de son existence. Elles n’ont l’air de rien à première vue, ces minuscules tranches de vie. Pourtant, chacune nous révélera une facette bien particulière de cette enfant, puis jeune fille, puis femme, solitaire dans l’âme, qui a longtemps pensé que le bonheur ne pouvait se trouver que dans la compagnie des autres.

On commence donc par une scénette lors d’une sortie au bowling, entre camarades de lycée. Très vite, Linde se rend compte qu’elles sont toutes les trois mal à l’aise les unes envers les autres. Elles ne savent pas de quoi parler. Subitement, Linde lance le sujet des garçons et du sexe. Suite à quoi, une certaine connivence se développe entre elles. Malgré tout, à la fin de la soirée, Linde écrit un petit mot qu’elle leur remettra le lendemain pour leur dire, tout simplement, qu’elle ne tient pas à les fréquenter. Elle s’est aperçue qu’elle était mieux sans elles.

Plus tard, dans un nouveau chapitre, Linde se disputera avec son petit ami. Elle se rend compte qu’il vaut mieux reconnaître certaines choses avant d’aller plus loin et est, au final, bien contente de la rupture qui en découle. Pourtant, on la retrouve un chapitre plus loin mariée avec ce même homme. Avec lui, elle n’ose plus être elle-même, n’ose plus exprimer son avis, n’ose plus parler du tout de peur de provoquer une dispute.

On aime particulièrement ces deux chapitres, car ici, plus qu’ailleurs, Linde nous y apparaît vraiment complète. C’est une vraie humaine, plus seulement un personnage. Elle est psychologiquement entière. On est plutôt solidaire de son malheur face à cet homme. Pourtant, certaines choses qu’elle fait nous laissent penser qu’elle a ses torts aussi. Par exemple, les deux s’embrouillent à cause d’un fer à repasser. Il a eu la gentillesse de demander à l’accueil de l’hôtel un fer à repasser pour la robe de Linde, mais n’a pas eu l’idée de le brancher pour le faire chauffer, si bien que Linde est en retard, et elle le reproche à son ami.

Plus tard, on apprend que Linde a divorcé et vit désormais seule, entourée de sa sœur et d’un groupe d’amis, qu’elle a rencontré dans une association de protection des chats. Un nouveau venu est invité ce soir, et Linde l’accompagne pour faire des courses. Elle est un peu séduite, et même si jusque-là elle avait tiré un trait sur les hommes, elle s’interroge. Celui-ci lui plaît bien tout de même...

Enfin, le dernier chapitre nous fait rencontrer une Linde âgée, qui aime son lit plus que tout. Elle embête le livreur pour passer le temps, et regrette son chat, décédé. Elle réfléchit à sa vie, et décide qu’elle ne l’a pas si mal réussie. Elle a renoncé à s’entourer de compagnie et se trouve très bien toute seule. Mais malgré tout, quelques doutes subsistent.

Ce roman bienveillant est imprégné d’une nostalgie légère, et très japonaise. Les auteurs du pays du soleil levant ont cette fabuleuse façon de conter qui nous porte au delà du papier. Ici, le roman n’a au final pas raconté grand chose, cette vie est faite de nouvelles et d’épisodes qui ne se recroisent que rarement et nous apprennent à connaître une femme imaginaire.

On pourrait se dire que c’est bien vain, et pourtant, si l’on s’ouvre à la poésie des mots, ce livre parviendra à nous faire réfléchir à notre vie à nous, à travers des choses que l’on n’a jamais vécues. C’est tout simplement éblouissant, et on referme ce livre le sourire aux lèvres.

Fiche technique

Format : broché
Pages : 144
Editeur : Philippe Picquier
Collection : Grand format
Sortie : 18 août 2016
Prix : 17 €


A lire aussi sur Onirik

Mariage contre-nature - Avis +
A gagner !

2 décembre : Gagnez 5 Catsass le chat


du 2 au 12 décembre 2017


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr