Onirik
La Mort de Staline - Avis +
Onirik -> Cinéma -> Critiques -> Dernière mise à jour : le lundi 2 avril 2018.
film franco-britannique de Armando Iannucci (2018)

Présentation officielle

Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c’est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée - comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov - la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l’URSS est à portée de main. (Inspiré de faits réels...)

Avis de Valérie

Il y a quelque chose de très perturbant à être envoyé dans le passé, aux côtés de Staline lorsqu’il signe des listes de noms de personnes qui seront déportées, tuées, voire pire, dans la bonne humeur de ses ministres blaguant autour d’une table chargée des reliefs du repas. Nous voilà au début des années cinquante, au moment où va mourir le petit père du peuple et donc s’engager une nouvelle politique - ou non - pour l’URSS.

Dans la famille Je terrorise le peuple que je gouverne, Staline n’était pas le dernier à lever la main. Le spectateur hésite entre la terrible réalité du communisme à cette époque, et le rire qui vient malgré lui, devant cette farce humaine qui rassemble les pires clichés. Et c’est finement présenté, avec du coeur et de l’intelligence.

D’ailleurs, on remercie la réalisation qui prend soin de ne pas jeter à notre vue les horreurs de ces circonstances dramatiques. À chaque acte répréhensible, la caméra se détourne, la scène délictueuse apparaît floue, en arrière-plan ou, simplement, la violence est entendue mais n’est pas visible. Cela permet de prendre du recul sur l’émotionnel, et nous rendre le spectacle totalement réjouissant !

Et c’est un vrai régal de cinéma. Quel talent ! Que ce soit le réalisateur qui a la folie de faire un film historique hilarant avec l’impression de n’avoir jamais voulu ce résultat. Ou en ne choisissant que des acteurs anglais, à l’accent souvent bien britannique mais roulé à la russe sans que cela ne gêne réellement. Le résultat est incroyable, esthétiquement génial, profondément humain dans ce qu’il y a de pire comme de meilleur.

Il y aussi les acteurs, mais va-t-on pouvoir s’imaginer autrement Kroutchev que sous les traits de Steve Buscemi (bluffant) ? Et Jeffrey Tambor, le verrons-nous différemment maintenant que dans le rôle de ce chef d’état enflé de lui-même et incapable de prendre une décision ? Et le Monty Python Michael Palin incarnant un Molotov, girouette comme jamais, qui ne donne des réponses que selon où souffle le vent ?

C’est bien sûr Beria qui nous étonne le plus, car c’est à se demander si cet horrible personnage nous a jamais été présenté à l’école. C’est l’acteur qui correspond le moins au physique originel, mais le plus écœurant. Ses adversaires politiques ont souhaité qu’on ne se souvienne jamais de lui, et bien on va vite l’oublier !

Et on vous garde le meilleur pour la fin, Jason Isaacs sous les traits du chef de l’armée, ne pouvant jamais entrer dans une pièce sans avoir l’impression de la prendre d’assaut à la hussarde. Tout simplement excellent !

Ne passez pas à côté de ce film atypique et totalement réussi !

Fiche Technique

Sortie : 4 avril 2018

Durée : 108 minutes

Avec : Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Jeffrey Tambor, Jason Isaacs...

Genre : comédie dramatique


A lire aussi sur Onirik

Rencontre avec Armando Iannucci pour ’La mort de Staline’
La Mort de Staline, 2 : Funérailles - Avis +/-
La Mort de Staline, 1 : Agonie - Avis +/-
Fils du soleil - Avis +/-
L'auteur Valérie Revelut
Son site : Onirik
Sa fiche
A gagner !

6 juillet : Gagnez 5 x Un regard de braise avec J’ai Lu pour Elle


les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr