Onirik
#Sortie livre : Blues pour l’homme blanc
Le 16 juillet 2020

Le 27 août prochain, les éditions La Découverte publieront la traduction d’une pièce de James Baldwin restée inédite en français : Blues pour l’homme blanc, préfacée et traduite par Gérard Cogez, professeur de littérature à l’Université de Lille. Elle sortira sur le label Zones.

James Baldwin a écrit cette pièce (la seconde après Le Coin des Amen) comme un cri de révolte en réaction à l’assassinat de son ami Medgar Evers (1925-1963), militant des droits civiques, abattu devant son domicile de Mound Bayou, Mississippi, par un suprémaciste blanc le 12 juin 1963.

L’accumulation des meurtres racistes perpétrés aux États-Unis (dont la mort de quatre jeunes filles noires âgées de onze à quatorze ans dans un attentat à la bombe contre une église baptiste de Birmingham, Alabama, le 15 septembre 1963) constitue l’arrière-plan contre lequel Baldwin a décidé de s’insurger sur la scène, même si le théâtre n’est pas son genre de prédilection. La quasi-impunité qui suit ces actes sera l’élément déclencheur d’un travail où il tente de placer le peuple américain tout entier devant ses responsabilités.

C’est le meurtre atroce en 1955 d’un adolescent de quatorze ans, Emmett Till, que James Baldwin décide d’évoquer dans ce texte : «  Dans ma pièce », écrit-il en 1964, « au moment de la parution et de la création sur scène de Blues for Mister Charlie, il est question d’un jeune homme qui est mort  ; tout, en fait, tourne autour de ce mort. Toute l’action de la pièce s’articule autour de la volonté de découvrir comment cette mort est survenue et qui, véritablement, à part l’homme qui a physiquement commis l’acte, est responsable de sa mort. L’action de la pièce implique l’effroyable découverte que personne n’est innocent […]. Tous y ont participé, comme nous tous y participons. »

De tels dénis de justice sont-ils encore possibles de nos jours  ? Telle est la question que la pièce de Baldwin pose toujours, plus de cinquante ans après sa création. La réponse à cette question ne fait aucun doute. La destruction dont parle Baldwin se poursuit aujourd’hui.

Purdey


A lire aussi sur Onirik

Canal+ Cinéma - Black Panther Power
Power - Avis +
France 3 - Selma
Les Figures de l’ombre - Avis +
Les figures de l’ombre - Avis +/-
Ciné+ Emotion - Selma
Canal+ Cinéma - Selma
Selma
Selma - Avis +
DVD : Toute ma vie en prison
DVD : Toute ma vie en prison - Avis +
Arte - The Black power Mixtape
J. Edgar - Avis +
XIII Mystery, tome 3 : Little Jones - Avis +
Arte - Black music
Martin Luther King Jr, Un homme et son rêve - Avis +
Evolution des minorités dans le cinéma américain
Arte - Mississippi burning
Ciné Cinéma Star - Mississippi burning
Histoire du Black Panther Party - Avis +
Mort de Rosa Parks
Tupac à l’écran
A gagner !

Décembre 2019 : Gagnez 5 Une gaffe par jour de Gaston


Les gagnants sont prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr