Onirik
Rencontre avec Danny Boyle pour T2
Le 24 février 2017

C’est une chance que d’avoir pu rencontrer Danny Boyle, présent à Paris pour faire la promotion de son dernier film T2 : Trainspotting, fin janvier 2017. Cet incroyable personnage se présente à nous sous le vernis policé d’un britannique bon ton, cette éducation dit-il, qui l’empêche de montrer ses sentiments et émotions. Mais parfois, au fond de lui surgit l’ancien punk, assagi, avec des fulgurances passionnantes sur ses films, ou sur ses prises de position.

Nous avons pu lui poser quelques questions auxquelles il a longuement répondues. En ce qui concerne le titre du film, il aimait bien T2, pas seulement, car il est fan de James Cameron et que son Terminator 2 est très réussi. Il aimait bien ce titre raccourci. Mais pour les besoins d’une meilleure compréhension générale, il a été décidé d’ajouter Trainspotting à la suite. Et puis bon, l’idée d’embêter James Cameron était tentante !

Dix ans après, ses coproducteurs, Irvine Welsh et lui ont réfléchi à sortir un nouvel épisode, et ont essayé d’écrire un scénario cohérent avec les mêmes personnages, et ça n’allait pas. Pas suffisamment de choses avait coulé sous les ponts ; l’histoire manquait d’intérêt. Vingt ans après, tout de suite, les choses semblaient bien plus enthousiasmantes ! Vingt ans, c’est presque une génération, et on arrive à un cap dans notre vie où on a le recul sur notre jeunesse (et nos espoirs) comme une vision de ce qui va nous attendre (et la réalité).

De plus, la brouille entre Danny Boyle et Ewan McGregor avait pris fin, et même si les acteurs avaient bien vieilli, ils affichaient sur leur corps ce qu’ils avaient vécu. L’ensemble du casting était partant, il suffisait de trouver la bonne histoire pour une suite, mais pas directe. Il ne voulait surtout pas faire une réplique. Le scénario est fidèle à l’esprit du premier, mais c’est un film finalement plus personnel.

Pour Danny Boyle, c’est également un film sur la masculinité. Comment des punks qui ont pratiqué tous les excès, sans souci du lendemain ont finalement vieilli. Mais aussi le passage de la quarantaine pouvait être difficile. C’est un "mauvais âge" et il voulait revenir dessus. Il a ironisé sur le fait qu’il n’y avait pas de vrais rôles de femmes dans T2, car pour lui elles s’en sortent largement mieux que les hommes. C’est quelque part une histoire féministe par leur absence dans la vie de ces loosers.

Un blogueur lui a demandé quels étaient les seconds films qu’il préférait dans des séries connues. Question non dénuée d’intérêt puisque malheureusement, en voulant surfer sur une réussite, on ne prend pas les bons prérequis pour faire autre chose qu’un resucée de ce qui a marché. Alors bien sûr, tout de suite lui vient en tête Terminator 2. Mais également Le Parrain 2, James Bond 2, French Connexion 2, Mad Max 2, Alien 2, Kill Bill 2, Bourne Supremacy, Dark Knight..., etc. A la suggestion du blogueur sur la saga Star Wars, Danny Boyle a souri et lancé que lorsque L’Empire contre-attaque est sorti, il était punk et c’était pas ce qu’il regardait au cinéma.

ll a bien sûr contacté Iggy Pop pour lui demander l’autorisation d’utiliser ses chansons. La discussion s’est établie naturellement, et il a été épaté que l’artiste punk connaisse aussi bien sa filmographie comme la bibliographie de Irvine Welsh, l’auteur de Trainspotting. Il a collaboré avec plaisir à la bande son du film. D’ailleurs, pour Danny Boyle, le dernier disque de Iggy Pop, Post Pop Depression, fait écho au scénario de T2.

Comme Trainspotting 1 et 2 parlait d’opportunités et de trahison, un journaliste bien informé lui a demandé si ça ne faisait pas écho à sa propre vie. Danny Boyle est alors revenu sur l’incident qui l’a séparé pendant longtemps de Ewan [1], et a raconté une anecdote qui pour lui représente toute l’absurdité des conventions sociales britanniques.

Alors qu’ils étaient en froid et ne se parlaient absolument pas, Ewan et Danny se sont retrouvés dans le même avion de nuit, installés pas loin l’un de l’autre, presque face à face. tout le monde était endormi, sauf Ewan et lui. Leurs deux loupiotes étaient allumées, ils se fixaient, mais ni l’un ni l’autre n’a osé faire le premier pas, alors qu’a priori, les deux en mouraient d’envie !

Cette rencontre a été frustrante, car l’homme est passionnant, beaucoup plus chaleureux et bavard que ses racines anglo-saxonnes - et ses affirmations - le laissaient deviner ! T2 est une vraie réussite, qui fait écho au premier sans reproduire l’histoire, mais propose une conclusion passionnante qui renvoie à l’universalité de l’humain lorsqu’il vieillit !

Valquirit

Nos photos de la rencontre : Facebook !

[1] Au moment de tourner La Plage, Boyle avait promis à son acteur fétiche le rôle principal, qui a finalement échu à Leo DiCaprio. Mais il y a eu un changement, et il n’a pas osé le prévenir. Ewan McGregor l’a appris par hasard en a voulu au réalisateur


A lire aussi sur Onirik

T2 : Trainspotting - Avis +
Retour d’Irvine Welsh en mars Au Diable Vauvert
T2 : Transpotting
127 hours
127 heures - Avis +
28 semaines plus tard
Sunshine - Avis -
Sunshine – Avis + et -
France 2 - Petits meurtres entre amis
Deux séances ciné pour Frankenstein
Oscar, crû 2009
18e festival du Film britannique de Dinard
Allumer le feu
28 semaines plus tard
A gagner !

15 mars : Gagnez 5 x Il court, il court le furet


les gagnants sont prévenus...


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr