Onirik
Rencontre avec Agnès Martin-Lugand
Le 21 mai 2017

Vendredi dernier, Onirik a eu la chance d’avoir été convié, avec d’autres blogueurs, à une soirée en compagnie d’Agnès Martin-Lugand, pour la sortie de son dernier roman, J’ai toujours cette musique dans la tête.

Ses débuts dans l’écriture

A la fin de ses études de psychologie, elle découvre, en rédigeant son mémoire, le plaisir d’écrire.

En pensant à ce qui pourrait arriver si elle perdait son mari et ses enfants, elle dessine la trame de ce qui sera Les Gens Heureux Lisent et Boivent du Café. Elle se dit alors : "Si tu n’écris pas cette histoire, tu n’écriras jamais". Elle se lance en freestyle, sans faire de plan, et travaille pendant 2 ans à son roman.

Elle s’essaye à l’auto-publication sur Internet, et en 3 semaines, le livre est dans le top des ventes. C’est ainsi qu’Agnès Martin-Lugand se fait remarquer et démarcher par Michel Lafon.

Les titres et couvertures de ses romans

Agnès Martin-Lugand aime utiliser des phrases complètes pour les titres de ses livres. Ils sont d’ailleurs directement tirés de ses romans.

Lors de la parution papier de Les gens heureux lisent et boivent du café, elle a tenu à garder la même photo qu’elle avait utilisée pour son auto-publication. Les autres couvertures sont créées sur le même principe, une photo monochrome d’une femme, thème que l’auteur aime particulièrement.

Agnès Martin-Lugand et ses personnages

Chaque livre représente une partie de sa vie. Elle passe un an avec ses héroïnes, et elles lui laissent un peu d’elles au passage. Elle les aime tout autant les unes que les autres.

Pour Désolée, je suis attendue, Yaël l’a rendue quasiment folle. L’auteur était à ce point rentrée dans la peau de son personnage qu’elle en était devenue une obsédée du contrôle, jusqu’à faire une dizaine de sauvegardes de son roman.

Ses habitudes d’écritures

5h30 : Agnès Martin-Lugand commence à écrire. "C’est l’heure à laquelle la machine se met en route". Ce réveil aux aurores lui permet de se mettre immédiatement dans une bulle, de ne pas avoir à penser à autre chose qu’à l’écriture, tant que tout le monde est endormi. Elle s’arrête de travailler pour s’occuper des enfants avant qu’ils partent à l’école, et reprend jusqu’à la sortie des classes. Elle consacre la fin de la journée à relire ce qu’elle a écrit.

Diverses musiques l’accompagnent pendant la rédaction de ses romans, un peu de tout, sauf du classique : Muse, Florence and the Machine, Placebo, etc. Ibrahim Maalouf a eu la part belle pour J’ai toujours cette musique dans la tête. Le jazz lui a permis de dépasser un blocage sur quelques scènes. Inversement, certains choix malheureux de chanson l’ont souvent conduite dans une impasse.

Un immense merci à Michel Lafon pour avoir organisé cette rencontre !

Emma666


A lire aussi sur Onirik

Les gens heureux lisent et boivent du café - Avis +
A gagner !

1er juillet : Gagnez 5 La Fille d’avant


les gagnants ont été prévenus !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr