Onirik
Rabbi Jacob, il va ressortir en salles !
Le 25 juin 2019

La bonne nouvelle de l’année ? Rabbi Jacob ressort en salle de cinéma, le 11 juillet dans une version restaurée 4k. Ce film comique inusable possède en filigrane un message de tolérance pratiquement jamais vu sur grand écran.

« Je comprends tellement bien l’exigence de Louis de Funès, son désir d’être toujours sincère, il n’y a que comme ça qu’on peut faire rire. Une scène comique, ça ne supporte pas de ne pas être sincère, ce n’est pas du vent, ce n’est pas juste des grimaces, c’est toujours nourri de quelque chose d’autre, de plus profond, de plus intime. Et Gérard Oury a toujours su magnifier ça. » Valérie Lemercier

« Ce qui nous aide beaucoup pendant l’écriture, une fois encore, c’est d’avoir de Funès dans l’oreille, et de pressentir la folie qu’il apportera à une situation ou à deux lignes de scénario. Nous sommes loin d’imaginer alors ce qu’il fera de cette danse traditionnelle, censée être improvisée au milieu de la rue des Rosiers par le faux Rabbi Jacob. Grâce à Louis, à son implication, à son génie, elle est devenue l’un des sommets du film. » Danièle Thompson

« Mais quelle mouche nous a piqués ? Pourquoi, lorsque mon père m’a parlé de faire un film dont le héros serait un rabbin hassidique, pourquoi, lorsqu’il en a parlé à Louis de Funès avant même la sortie de La Folie des grandeurs, ni lui ni moi n’avons tiqué, jamais alertés par la complexité du sujet ?

Pourquoi, lorsque très vite ce rabbin orthodoxe est devenu le point de départ d’une comédie sur la tolérance, contre l’antisémitisme et le racisme, mêlant juifs, catholiques et musulmans, lorsque tout le monde nous a mis en garde contre la folie et le risque d’une telle aventure, y compris le grand ami de mon père, Alain Poiré, qui n’a donc pas voulu produire le film, pourquoi avons-nous persévéré ?

Alors que depuis quelques années le Moyen-Orient s’embrasait, alors que, dans un tel contexte, rire de la communauté juive était un terrain glissant et évoquer l’amitié possible entre Juifs et Arabes passait pour de la provocation, d’autant que pendant l’écriture de cette comédie, onze athlètes israéliens ont été assassinés par un commando palestinien aux Jeux olympiques de Munich de 1972…

Pourquoi donc avons-nous persévéré ? La force de persuasion de mon père sans doute. Et surtout son intime conviction que le rire pouvait être sinon la meilleure arme, en tout cas l’une des plus efficaces pour s’attaquer, comme il le disait, à "tout ce qui dresse entre les hommes des murailles de connerie". » Danièle Thompson

Valquirit (grâce à Rabbi J.)

Site officiel
A gagner !

28 avril : Gagnez le tome 1 de Incarnatis


La gagnante est prévenue !


Vous avez aimé
Mailing list
Google Groupes Bêta
Visiter ce groupe
Recherche article

Add to Google
http://www.wikio.fr